Les inuits journal de bord

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2967 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Adrien et moi en tant que scientifiques avons accepté cette fois ci une mission au Groenland afin d’évaluer le degré de pollution de cette région. Une famille inuit nous hébergera et nous guidera tout le temps de notre étude. Pour l’un et l’autre c’est la première fois que nous nous rendons dans cette partie du globe.

Vendredi 28 janvier 2011
Aujourd’hui le 28 janvier 2011, nous avonssurvolé la banquise pour atteindre l’aéroport d’Ilulissat. C’était notre première vision de ces paysages de neige et de glace. Arrivés là, nous primes un hélicoptère pour atteindre Uummannaq, au-delà du cercle polaire où nous attendait nos hôtes .Alors que Johnny, notre pilote entama la descente avec son hélicoptère, j’ai aperçu que le thermomètre indiquait -47°. Quelques minutes plus tard, nousmarchions sur la banquise gelée du Groenland. Nous avions l’impression de poser les pieds sur une autre planète, plus loin sur la mer de glace nous vîmes 2 motos neige conduites par ceux qui allaient nous héberger et nous aider à la réalisation de notre mission.
Les présentations se font heureusement en Anglais, ce n’est pas avec nos quelques mots d’Inuktitut appris avant notre départ par politesseenvers ce peuple que nous allons réussir à nous comprendre. Nous embarquâmes à l’arrière de leurs motos neige et nous traversâmes des étendues de glaces. Vingt minutes plus tard nous nous étions devant la maison en pierre où nos guides passent en général le week-end et les vacances afin de chasser.
A notre étonnement, il y avait de grandes maisons construites en pierre et en mottes de terre.Le guide nous invita à rentrer ; des chiens de traineaux, des groenlandais et des huskys reliés entre eux non loin de la maison nous regardèrent avec étonnement. Notre guide, Soka, nous proposa le cigare de bienvenue, tout en nous présentant la famille Thoa, sa femme Katara ,et ses enfants Ituko et Sakari qui jouaient avec des bilboquets et des osselets… Soka nous proposa de faire le tour dupropriétaire et en passant devant la fenêtre nous vîmes Ituko entrain de sauter sur le trampoline en peau de phoque tendue par leurs camarades habitant un igloo tout proche. C’est un abri fabriqué avec des blocs de neige compacte assemblés pour former un dôme. Leurs voisins se joignent souvent à eux lors des campagnes de chasse. Nous sommes passés par la cuisine où il nous proposa un Coca- Cola,nous étions étonnés que cette boisson arrive même jusqu’à ce petit village au fin fond du Groenland, nous lui avons demandé où il l’avait trouvée… il nous a répondu qu’à Uummannaq, il y a des magasins où on peut trouver toutes sortes de choses mais dont le prix est assez élevé. Nous sommes montés ensuite dans les chambres où les étagères sont en bois flotter. La température ambiante de la maisonplafonnait à 1-2 degrés beaucoup plus agréable que le froid piquant de l’extérieur. Terrassés par la fatigue du voyage et du froid nous sommes allés nous coucher dans nos lits respectifs.

Samedi 29 janvier 2011
Ce samedi, lendemain de notre arrivée nous nous sommes réveillés à cause des aboiements des chiens et a notre grande stupéfactions toute la maison était déjà réveillée, nous noussommes levés, le soleil était inexistant, malgré une certaine clarté, je regardai ma montre qui indiquait midi et demi, en effet nous ne sommes pas habitués à la nuit polaire qui va durer encore quelques jours avant l’apparition des premiers rayons de soleil début février.
En descendant, Katara nous appela dans ce qui ressemblait a une cuisine et nous servit du muktuk c’est la peau et le gras de labaleine crue, en guise de déjeuner. Ce fut notre premier repas chez les Inuits. Même si le goût n’était pas terrible et que la consistance était caoutchouteuse la faim nous poussa à tout manger. Pendant ce temps Soka entra dans la maison avec ses chiens et un gros morceau de viande qu’il portait à l’épaule, du phoque je crois … il le dépeça et mit sa peau sur une étagère. Il nous dit que ce...
tracking img