Les jardins

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1273 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
23/03/11
Définition d’un jardin : nature remodelée par l’homme, un jardin est forcement artificiel et c’est un art éphémère : du jour au lendemain une espèce de fleur peut faner … Jardin, garten et garden ont pour racine commune gardo du latin qui désigne un espace clos.
L’art du jardin fait partie des arts de l’espace. Pour exercer cet art, il faut être architecte paysagiste. Comme toutart, il exprime la sensibilité d’une époque et peut selon la société avoir plusieurs fonctions : être un lieu religieux, de repos, de ressourcement de plaisir ou encore avoir une fonction politique ; ainsi Louis XIV montre les magnifiques jardins de Versailles dans le but d’imposer sa puissance : il peut aussi dominer la nature.

I) Les jardins dans l’Antiquité
En Mésopotamie, les premiersjardins furent le jardin d’Eden et le jardin de Perse à Babylone.
Le premier jardin évoqué dans les récits est celui de la Bible : dans la genèse (qui signifie création) on parle du jardin d’Eden (c’est un mythe). En persan, le jardin d’Eden à donné paradis : c’est un jardin des délices car dans l’imaginaire de la Mésopotamie c’est un jardin où il y a de l’eau en abondance (substance rare). Il y aaussi de la végétation en grande quantité procurant de l’ombre. Ce jardin serait un délice pour l’odorat (les fleurs), le goût (des plantes délicieuse), l’ouïe (chants des oiseaux et doux bruit de l’eau des fontaines qui coule) et la vue bien sur. De plus en extrême orient, des cloches très légères sonnaient au gré du vent : le carillon.
Les jardins suspendus de Babylone furentconstruits en terrasses (en escalier) avec d’immenses arbres. Ce jardin était exceptionnel ; c’est d’ailleurs une des 7 merveilles du monde. Malheureusement ils ont été détruits mais certains textes nous prouvent qu’ils ont bien existé ; ils auraient apparemment été réalisés au 7ème siècle par Nabuchodonosor pour sa femme. Dans le monde perse, vers le Vème s. av J.C, les jardins étaient composés d’undouble axe, représentation du monde : les 4 fleuves qui seraient partis d’un point central ; c’est pourquoi au centre du jardin il y aura toujours un point d’eau qui symbolise l’endroit où prenne source les fleuves. Les végétaux ont aussi une symbolique c’est pour cette raison que des statuts et des sculptures ne sont pas présentes. Le palmier dattier représente la fécondité, l’amandier la vie etles cyprès (conifère) la mort (cette symbolique arrivera plus tard en Europe car les cyprès ont des baies qui sont du poison). De même, les jardins de l’empire Perse voient fleurir les premiers rosiers. En conclusion,la tradition judéo-chrétienne a une vision idéale de la nature pour le plaisir seulement de l’homme. Les jardins étaient réservés et symbolisaient la marque d’un grand personnage (roi …)
Nous avons trouvé toute la documentation et les représentations des jardins d’Egypte dans les papyrus ou dans les tombeaux des pharaons. En effet d’après les croissances égyptiennes, il y avait une vie après lamort ; c’est pourquoi, les morts devaient pouvoir s’occuper. Ainsi, des représentations de jardins sont présentes pour que le défunt puisse si l’envie le prend pouvoir jouir de ces beautés. Près de 265 plantes furent amenés de Syrie, dont des plantes aquatiques et les élevages d’animaux qui vont avec tel s canards, les ibis, les flamands… Avec la nature on arrive à faire un tableau naturel avecles milliers de couleurs dont on peut s’inspirer (paon).
En Grèce, il y a peu de jardins ; en effet le terrain et par trop accidenté. Seuls les espaces près des temples en sont garnis ; le jardin a là-bas une signification religieuse : c’est un espace sacré habités par « le génie du Dieu » qu’il ne faut en aucun cas perturber. C’est pourquoi la nature reste a un état presque sauvage puisque...
tracking img