Les justes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1205 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les Justes |
Albert Camus Mise en scène : Stanislas Nordey |
Analyse scénique |


Sommaire :

* Analyse dramaturgique globale du spectacle…...p.3


Analyse dramaturgique du spectacle

Les Justes d'Albert Camus, mise en scène par Stanislas Nordey, collaboratrice artistique : Claire Ingrid Cottanceau, scénographie : Emmanuel Clolus. AvecEmmanuelle Béart dans le rôle de Dora Doulebov, Vincent Dissez dans le rôle d'Ivan Kaliayev, Raoul Fernandez dans le rôle de Foka, Damien Gabriac dans le rôle d'Alexis Voinov, Frederic Leidgens dans le rôle de Boris Annenkov, Wadji Mouawad dans le rôle de Stepan Fedorov, Veronique Nordey dans le rôle de la Grande Duchesse et Laurent Sauvage dans le rôle de Skouratov.

Les Justes est une pièce dethéâtre composée de 5 actes  écrite par Albert Camus. Elle fut représentée pour la première fois au Théâtre Hébertotle  le 15 décembre 1949 dans une mise en scène de Paul Œttly. Elle s’inspire d’événements réels qui se sont déroulés en février 1905 à Moscou, et qui exposent l’attentat à la bombe commis par un groupe terroriste appartenant au parti socialiste révolutionnaire, contre le grand-duc russeSerge, oncle du tsar. Les individus sont donc animés par un réel idéal politique et prêts à sacrifier leurs vies en son nom. L’écrivain a écrit un drame, présentant une dénonciation, qu’il a tenté de rendre le plus vraisemblable possible, par la reproduction de certaines scènes qui se sont véritablement déroulées.
Tout d’abord, il me semble intéressant de définir le mot« juste ». Voici ce qui est dit dans l’encyclopédie Universalise : « Aujourd'hui, où l'homme ne tremble plus pour son salut éternel, la doctrine de la non justification de l'homme par lui-même garde toute son actualité, Elle se manifeste comme le refus de toute tentative pour justifier à priori ou à posteriori les risques de la liberté et comme une modeste invitation à agir, sans prétendre se sauversoi-même. »
Le sens classique du mot "juste" désigne celui qui accomplit les actes vertueux que lui indique sa raison délibérative et qui observe ainsi les lois établies et l'égalité souhaitable. "Nous appelons juste, dit Aristote, ce qui est susceptible de créer ou de sauvegarder, en totalité ou en partie, le bonheur de la communauté politique". 
Le juste connaît le bien et s'habitue à lepratiquer. Il trouve par là sa véritable nature, sa finalité et son équilibre. Il ne redoute rien d'autre que de ne pas vivre à hauteur de lui-même. Il habite dans une " lumière d'estime ", qui lui épargne l'humiliation de soi comme la présomption. Il rend à chacun et à chaque chose ce qui lui est dû. Il conforme sa conduite à sa connaissance et sa connaissance au bien qui l'oriente.Les 3 premiers actes se passent avant l’attentat et l’on voit les différentes sensibilités des révolutionnaires se croiser et se confronter. Les deux derniers actes se passent après, et l’on quitte le discours révolutionnaire théorique pour un discours pratique et humaniste. Les personnages, engagés corps et âme dans leur objectif delibérer la Russie de la tyrannie, décident d’exécuter le grand-duc en jetant une bombe fabriquée par Dora sur la calèche du grand-duc par Kaliayev  Toutefois, la première tentative d’attentat échoue : la présence d’enfants dans la calèche, représentants l’innocence, empêche Kaliayev de jeter la bombe. Cet événement met à vif les divers points de vue au sein du groupe où il est pourtant sans cessequestion de fraternité La situation permet alors d’exposer deux types d’engagement bien distincts.
Il y a tout d’abord l’engagement de Stepan, qui après un séjour au bagne, s’est vu retiré la force d’aimer et ne possède plus que celle de haïr.
Stepan perçoit la révolution comme un déchainement de terreur sans limites. Il est un personnage dépourvu d’amour pour ses semblables, ne comprenant...
tracking img