Les langues de communication

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1268 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Dans l’histoire, les langues de communication ont commencé, à ma connaissance, vers le cinquième ou sixième siècle avant Jésus-Christ. Le grec, sur la totalité du monde habité, est devenu la « koinè », c’est-à-dire la langue commune, langue commune aux marins, aux commerçants et aux scientifiques. Et, en effet, nos amis Juifs disent « synagogue », ce qui est un mot grec et non pas hébreu. Et nosamis Egyptiens disent « pyramide », ce qui est un mot grec également.

Par conséquent, la « koinè » a d’abord été grecque, puis elle a été remplacée par le latin. Le latin est devenu la langue commune. Et vous savez aussi que l’arabe a tenu ce rôle-là pendant quatre siècles après l’Hégire et que, pour la médecine et l’astronomie, elle a été une langue générale qui a été le véhicule souvent dessciences que nous avons reçues à la Renaissance. Et nous disons encore « algorithme », ce qui est la répétition du mot « alguarismi » qui n’est pas du tout un mot grec mais un mot arabe.

Le français a été la langue de communication scientifique et intellectuelle, disons, et même commerciale tout au long des âges classiques, dix-septième, dix-huitième siècle et début du dix-neuvième. Y compris lalangue diplomatique. Et désormais l’anglais a pris le relais. Est-ce que la langue diplomatique devient une langue universelle ? C’est toute la question.

Je suis incapable de prévoir si demain, après-demain, c’est-à–dire dans les siècles futurs, quelle sera la langue de communication. Car on voit très bien comment l’ourdou, comment le cantonais, comment même l’espagnol se répandent beaucoupplus rapidement que l’anglais. Et, par conséquent, on ne voit pas pourquoi une autre langue ne prendrait pas ce relais-là. Puisque l’anglais n’est, finalement, que la nième langue de communication qui a marché dans l’histoire
Dans l’histoire, les langues de communication ont commencé, à ma connaissance, vers le cinquième ou sixième siècle avant Jésus-Christ. Le grec, sur la totalité du mondehabité, est devenu la « koinè », c’est-à-dire la langue commune, langue commune aux marins, aux commerçants et aux scientifiques. Et, en effet, nos amis Juifs disent « synagogue », ce qui est un mot grec et non pas hébreu. Et nos amis Egyptiens disent « pyramide », ce qui est un mot grec également.

Par conséquent, la « koinè » a d’abord été grecque, puis elle a été remplacée par le latin. Le latin estdevenu la langue commune. Et vous savez aussi que l’arabe a tenu ce rôle-là pendant quatre siècles après l’Hégire et que, pour la médecine et l’astronomie, elle a été une langue générale qui a été le véhicule souvent des sciences que nous avons reçues à la Renaissance. Et nous disons encore « algorithme », ce qui est la répétition du mot « alguarismi » qui n’est pas du tout un mot grec mais unmot arabe.

Le français a été la langue de communication scientifique et intellectuelle, disons, et même commerciale tout au long des âges classiques, dix-septième, dix-huitième siècle et début du dix-neuvième. Y compris la langue diplomatique. Et désormais l’anglais a pris le relais. Est-ce que la langue diplomatique devient une langue universelle ? C’est toute la question.

Je suis incapablede prévoir si demain, après-demain, c’est-à–dire dans les siècles futurs, quelle sera la langue de communication. Car on voit très bien comment l’ourdou, comment le cantonais, comment même l’espagnol se répandent beaucoup plus rapidement que l’anglais. Et, par conséquent, on ne voit pas pourquoi une autre langue ne prendrait pas ce relais-là. Puisque l’anglais n’est, finalement, que la nième languede communication qui a marché dans l’histoire Dans l’histoire, les langues de communication ont commencé, à ma connaissance, vers le cinquième ou sixième siècle avant Jésus-Christ. Le grec, sur la totalité du monde habité, est devenu la « koinè », c’est-à-dire la langue commune, langue commune aux marins, aux commerçants et aux scientifiques. Et, en effet, nos amis Juifs disent « synagogue »,...
tracking img