Les liaisons dangereuses- épisode de la clée

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1091 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Tout d' abord, les chambres sont évidemment très importantes : elles symbolisent à la fois l' acte charnel, le libertinage, le débauchage ( Cécile ) mais aussi l' abandon de soi ( la Présidente ) .
Ensuite les 'petites maisons' où les amants peuvent se retrouver tranquillement sans risque d' être vus comme le fait la Marquise.
Dans le film, les églises permettent de rendre compte de l'importance de la religion au XVIII ème siècle.
Les boudoirs permettent aux personnages de faire la conversation, lieux de mondanité.
Les jardins sont également très importants surtout pour comprendre la Présidente. On comprend donc que c' est une femme naturelle, sincère, vraie, qui ne triche pas. Les jardins et les parcs facilitent aussi la confidence notamment entre Valmont et Mme de Tourvel.
Enfin,le lieu qui me semble le plus significatif reste évidemment le théâtre, véritable métaphore de la comédie humaine : les personnages s' abritent sous des masques et sont menteurs, hypocrites. Tout en eux est calculé, prémédité d' où leur caractère artificiel.
Le théâtre est aussi un lieu représentant la richesse, où l' on vient non pas pour voir une pièce mais surtout pour s' afficher et observerles autres ( cf la Marquise avec ses lunettes )
Lieu aussi de la déchéance sociale puisque la Marquise y est ridiculisée, elle perd tout crédit et sort huée par le public.
La chasse dans les bois -> Valmont chasse le gibier qui se trouve dans les bois, mais veut aussi "chasser" La présidente de Tourvel (gibier=pureté)
Paris-> société décadente, réduit aux apparences.. Lieu du libertinage quiest l'état de décadence atteint par la régence. C'est le lieu qui, selon la Présidente, perverti Valmont
château de rosemonde -> passerelle où presque tous les personnages se rencontrent.

Pour les objets je n'ai pas trouvé beaucoup de choses :
la clef donnée par cécile-> elle ne peut plus se protéger
Pour simplifier et accélérer le rythme, l’intrigue a été considérablement transformée :Cécile accepte tout de suite d’aller chercher la clé de sa mère, l’intervention de Danceny, qui aurait par trop compliqué la séquence, n’est plus nécessaire pour la décider. Les seuls obstacles sont Mme de Volanges et la maladresse de Cécile, qui fait tomber la clé dans un vase orné, ce n’est pas un hasard, d’anses en forme de serpent.
La caméra place alternativement le spectateur à la place deValmont, de Cécile et de Mme de Volanges. Le suspense ménagé par l’inquiétude de Danceny et la digression de Mme de Merteuil est transposé en jeux de scène lors de l’échange des clés.
 L'étude pourra d'abord analyser dans les formes de la lettre tous les signes de la faiblesse :
– l'écriture de Cécile ("le petit radotage" dont parle Valmont dans la lettre CXV) correspond tout à fait ici à l'analyseque Mme de Merteuil lui adressait dans la lettre CV : Vous écrivez toujours comme un enfant. Je vois bien d'où cela vient; c'est que vous dites tout ce que vous pensez et rien de ce que vous ne pensez pas. Cette lettre révèle en effet cette faiblesse impardonnable qui consiste à confier son désarroi : les nombreuses exclamations, les soupirs, les hésitations comme l'abus des points de suspension entémoignent.
– l'autre signe de faiblesse est dans la tension excessive du style vers la destinataire : les nombreuses injonctions rendent plus pressante la demande de conseils et marquent l'abandon total que Cécile fait de son sort à celle qu'elle a l'imprudence de choisir comme confidente.
C'est pour ces raisons-là que le lecteur n'a jamais l'occasion de s'émouvoir de ses plaintes. Bien aucontraire, les expressions hyperboliques ou niaises renforcent ce même mépris que Mme de Merteuil a manifesté à l'égard de la jeune fille dans la lettre CVI : Je ne connais rien de si plat que cette facilité de bêtise qui se rend sans savoir ni comment ni pourquoi, uniquement parce qu'on l'attaque et qu'elle ne sait pas résister.

 L'étude précisera ensuite comment le lecteur est rendu...