Les liaisons dangereuses aide pour comprendre le livre.

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 37 (9187 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
COURS SUR LES LIAISONS DANGEREUSES:
Le siècle des lumières :
Siècle en pleine mutation le dix-huitième siècle est dominé par la raison : il faut se libérer des préjugés et des jugements a priori, des superstitions, des jugements sans fondements ; on assiste à la remise en cause de la religion et de l'autorité de l'église qui entretient l'intolérance (cf Voltaire et le Traité sur la tolérance1763), on remet en cause le pouvoir politique qui impose un ordre social arbitraire et entretient les inégalités, en outre accrues par une mauvaise situation économique et des récoltes désastreuses. La crise sociale est à son comble quand Louis XVI veut rétablir les droits féodaux. L'homme doit être considéré à l'aune de ses mérites non à celle de sa naissance (cf le monologue de Figaro dans lapièce de Beaumarchais). La bourgeoisie, qui représente le pouvoir financier ( et intellectuel, la plupart des écrivains appartenaient à la bourgeoisie), considère que la réussite sociale ne doit être que la conséquence du travail et des valeurs de l'individu. Le tiers état adhère à leurs idées et les événements vont se précipiter : c'est la fin de l'Ancien Régime :
Les grandes idées du dix-huitièmesiècle :
On croit en le progrès de l'homme, perfectible, moralement et intellectuellement, on rejette le déterminisme de la Providence qui aurait tout décidé : l'homme est maître de son destin, on revendique le libre arbitre.
On aspire au bonheur, non pas à un bonheur égoïste mais à un bonheur collectif qui devient le but même de l'organisation sociale : chacun doit se rendre utile au bonheurcollectif, aussi l'oisiveté est-elle bannie " (cf la conclusion de Candide)
Les philosophes se déplacent en Europe, Voltaire va en Angleterre et en Prusse, Diderot devient l'ami de Catherine II de Russie, découvrent d'autres façons de gouverner, la monarchie constitutionnelle, le despotisme éclairé et remettent en cause la monarchie à la française : Diderot dans l'article Autorité politique del'Encyclopédie dénonce la monarchie de droit divin, Montesquieu dans L'esprit des lois (1748), revendique la séparation des pouvoirs, Rousseau, dans Le contrat social (1762) démontre que le pouvoir royal est une usurpation et ne considère comme légitime que la démocratie.
La découverte de nouvelles contrées (cf les voyages de Bougainville, de Cook..) et de leurs habitants, permettent dedécouvrir d'autres moeurs, d'autres croyances, et font progresser le relativisme : il n'y a pas de valeur unique : le monde est diversifié, la nature est variée, aussi ne faut-il pas juger par rapport à soi mais par rapport à l'autre ( cf Micromégas de Voltaire, Les lettres persanes de Montesquieu)
Importance nouvelle accordée à l'esprit d'examen sous l'influence de Locke (1632-1704), philosopheanglais, qui défend l'empirisme, comme seul moyen efficace pour accéder à la connaissance : il rejette la connaissance intuitive et la connaissance innée (contrairement à Descartes), et explique dans son Essai sur l'entendement humain (1690) que l'expérience sensorielle est déterminante pour accéder à la connaissance. Par ailleurs, le développement de l'esprit scientifique, les nouvelles découvertes ( lethermomètre, le paratonnerre,la machine à vapeur...) démontrent l'importance de la rigueur et de l'expérience. Il ne faut juger pour vrai que ce qui a été démontré ( cf Fontenelle, dans Histoire des oracles (1687) l'épisode de la dent d'or ).
Mme de Merteuil représente bien cette nouvelle façon de penser : à force d'observations, elle a appris à connaître ses contemporains et s'est façonnéeune image qui leur convienne pour être adulée de tous, elle réfléchit avant d'agir, elle pèse ses mots avant de parler, elle a appris à se contrôler (cf lettre 81)
Le libertinage :
Approche de définition :
Étymologie : le terme libertin vient du latin libertinus, qui désigne l'esclave affranchi et prend donc le sens de libre = qui ne dépend plus d'un maître.
D'après Littré, le terme...
tracking img