Les liaisons dangereuses - lettre 81

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1226 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les liaisons dangereuses (1782)

Deux libertins, la marquise de Merteuil et le vicomte de Valmont, consacrent leur vie à séduire hommes et femmes pour satisfaire leur sensualité et leur volonté de domination. Le vicomte s'efforce depuis plus d'un mois. appâremmenl vain, de triompher des résistances d'une jeune et "belle prude", dévote, fidèle à son mari absent, la Présidente de Tourvel. Enmême tenps; pour se venger dune femme qui cherche à nuire à sa réputation il entreprend de jeter dans les bras I'un de I'autre la fille naïve de cette dame et un jeune homme timide et amoureux. Madame de Merteuil. quant à elle, projette de mettre dals son lit un jeune arrogant plein d'esprit qui s'est vanté de ruiner la réputation de sagesse que la marquise a su préserver en dépit de son libertilage;informée des intentions de cet homme. elle compte bien lui jouer un tour qui le ridiculisera. valmont, qui trouve ce projet trèsdangereux pour son amie, a essayé de la dissuader, dans une lettre précédente, de le mettre à exécution- C'est à ces craintes que Madame de Merteuil répond dans cette lettre, la plus iolgue du roman. Elle y affirme complexe sa supériorité sur Valmont, puis se fait laporte-parole des femmes qui luttent contre I'injustice de leur condiiion. Dans la deuxième partie de cette lettre, elle raconte et explique comment elle a fondé son I'observation de la société et sur la réflexion les principes qui dictent sa conduite.

Les premiers paragraphes de cette lettre visent à

disqualifier Valmont: ses actes et ses qualités ne I'autorisent pas M. Cet abaissement deValmont manifeste la superiorité de Mme de M.

réprimande, prononcée en présence du coupable. Ce discours est méprisant: me causent de pitié

Mime un véritable dialogue. Les exclamations, I'interrogation le Ah!, le Non,les apostrophes $1 (mon pauvre Valmont: Etre orgreilleux et faible) rapprochent cette lettre d'une
violente réprimande

Mme de M conclut d'emblée, avant même dlavoir discuté lesarguments de V. Elle ne cherche pas à montrer ce que les craintes de celui-ci ont d'infondé, ou d'exagéré, elle n'envisage pas un instant d'y voir une rnarque d'intérêt ou d'affection: elle n'y lit qy-uee I'expresion d'un être inférieur à elle. Procédé: suspendre I'examen des arguments pour s'attaquer à celui qui les a exposés, s'attaquer à I'homme au lieu de réfuter ses propos. Elle ne considèrepas la iettre qu'eile à reçue de V. comme un discours pertinent ou mal fondé. mais comme un symptôme: c'est cela qui est insultant pour Valmont. Symptôme d'infériorité, de petitesse.

Elle accuse V. d'incohérence, en feignant de considérer comme évident ce qu'elle n'a pas encore démontré - la faiblesse de V.: c'est l'être inférieur qui prétend guider celui qui lui est superieur (2-3); êtreorgueilleux et faible (8): tout être raisonnable et lucide, conscient de sa faiblesse, ne pas s'abandonner à I'orgueil. Mme de M. accuse V. de se prendre lui-même pour la mesure des choses et des êtres, donc d'avoir une notion fausse de ce qui est possible et de ce qui ne l'est pas. Elle le raille (8-9) en employant la 2" personne.

Cette attaque brutale, bien faite pour déconcerter son correspondantnécessite une justification: quels sont les faits qui permettent à Mme de M. de rabaisser ainsi Valmont ?

Le second paragraphe est un long mouvement concessif, qui fait attendre longtemps le mais du renversement argumentatif (26). La marquise va évoquer les actions de V. et opposer à leur peu de valeur les illusions puériles d'un vicomte vaniteur. Chacune de ses concessions est en réalitéméprisante: elle montre de I'indulgence pour quelqu'un de qui on ne doit pas top exiger. Trois concessions: gradation dans les sottises de V. et dans I'indulgence qu'elles réclament.

Relevez les expressions du mépris:

votre incrovable gaucherie; votre Présidente; vous m'étaliez comme un triomphe; le peu de valeur de votre conduite; soit dit en passant [car vous seriez assez étourdi pour...
tracking img