Les liaisons dangereuses

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3164 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LES LIAISONS DANGEREUSES
LECTURES




LETTRE XXXIII



LA MARQUISE DE MERTEUIL
AU VICOMTE DE VALMONT

[Après avoir félicité Valmont de sa prudence dans ses manœuvres, la marquise doute d'abord que Mme de Tourvel puisse déjà lui succomber.]

Mais la véritable école est de vous être laissé aller à écrire. Je vous défie à présent de prévoir où ceci peut vous mener. Par hasard,espérez-vous prouver à cette femme qu'elle doit se rendre ? Il me semble que ce ne peut être là qu'une vérité de sentiment, et non de démonstration; et que pour la faire recevoir, il s'agit d'attendrir et non de raisonner; mais à quoi vous servirait d'attendrir par lettres, puisque vous ne seriez pas là pour en profiter ? Quand vos belles phrases produiraient l'ivresse de l'amour, vousflattez-vous qu'elle soit assez longue pour que la réflexion n'ait pas le temps d'en empêcher l'aveu ? Songez donc à celui qu'il faut pour écrire une lettre, à celui qui se passe avant qu'on la remette; et voyez si surtout une femme à principes comme votre Dévote peut vouloir si longtemps ce qu'elle tâche de ne vouloir jamais. Cette marche peut réussir avec les enfants, qui, quand ils écrivent " je vousaime ", ne savent pas qu'ils disent " je me rends ". Mais la vertu raisonneuse de Madame de Tourvel me paraît fort bien connaître la valeur des termes. Aussi, malgré l'avantage que vous aviez pris sur elle dans votre conversation, elle vous bat dans sa lettre. Et puis, savez-vous ce qui arrive ? par cela seul qu'on dispute, on ne veut pas céder. A force de chercher de bonnes raisons, on en trouve; onles dit; et après on y tient, non pas tant parce qu'elles sont bonnes que pour ne pas se démentir.
De plus, une remarque que je m'étonne que vous n'ayez pas faite, c'est qu'il n'y a rien de si difficile en amour que d'écrire ce qu'on ne sent pas. Je dis écrire d'une façon vraisemblable : ce n'est pas qu'on ne se serve des mêmes mots; mais on ne les arrange pas de même, ou plutôt on lesarrange, et cela suffit. Relisez votre lettre: il y règne un ordre qui vous décèle à chaque phrase. Je veux croire que votre Présidente est assez peu formée pour ne s'en pas apercevoir : mais qu'importe ? l'effet n'en est pas moins manqué. C'est le défaut des romans; l'auteur se bat les flancs pour s'échauffer, et le lecteur reste froid. Héloïse est le seul qu'on en puisse excepter; et malgré letalent de l'auteur, cette observation m'a toujours fait croire que le fonds en était vrai. Il n'en est pas de même en parlant. L'habitude de travailler son organe y donne de la sensibilité; la facilité des larmes y ajoute encore : l'expression du désir se confond dans les yeux avec celle de la tendresse; enfin le discours moins suivi amène plus aisément cet air de trouble et de désordre, qui est lavéritable éloquence de l'amour; et surtout la présence de l'objet aimé empêche la réflexion et nous fait désirer d'être vaincues. [...]

De ..., ce 24 août 17**



L'étude de cette lettre pourra mettre d'abord en valeur la nature pédagogique de la relation que Mme de Merteuil instaure entre elle et Valmont :
– les indices épistolaires sont caractérisés par un ton généralement injonctif : lesimpératifs, les questions rhétoriques y foisonnent;
– les modalisateurs de la certitude accroissent encore cette impression : la marquise s'exprime souvent par maximes et autres formes sentencieuses;
–l'utilisation du présent de vérité générale et du pronom indéfini effacent souvent la personne de l'expéditrice au profit d'une argumentation générale où domine l'argument d'autorité.
Cetteéducation prône la nécessité de la parole dans l'entreprise amoureuse et dénie à la lettre toute valeur stratégique. Cette conviction toute socratique qui condamne le caractère figé et artificiel de l'écrit ne peut manquer de surprendre dans un roman épistolaire où l'expéditrice elle-même use de toutes les ressources de la lettre.



L'étude pourra ensuite mieux souligner en quoi ce passage...
tracking img