Les liaisons dangereuses

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4111 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Première L
Etude d’un roman épistolaire :
Les liaisons dangereuses, de Laclos

Perspectives d’étude 
• Le libertinage
• L’épistolarité

Extraits choisis 

• Lettre 4 : autoportrait de Valmont
• Lettre 48 : lettre libertine écrite « sur le dos d’Emilie »
• Lettre 81 (de « sans doute » à « je suis mon ouvrage ») : autoportrait de Merteuil
• Lettre 100 (jusqu’à« mon sang bout dans mes veines ») : désespoir de Valmont
• Lettre 161 : désespoir de Tourvel

Etude comparée des lettres 21 et 22 ( la polyphonie et les effets de structure propres au roman épistolaire.

Questions de synthèse 

• Le roman des femmes
• Le roman de l’ironie
• Le roman du libertinage
• Les fonctions de la lettre

Lectures cursives possibles 

•Tartuffe et Dom Juan, de Molière : deux « ancêtres » de Valmont
• Andromaque, de Racine : structure tragique du roman de Laclos et, surtout, comparaison entre la mort de Tourvel et la folie d’Oreste (acte V, scènes 4 et 5)
• Un autre roman épistolaire (Guilleragues, Montesquieu ou Balzac) : originalité, complexité et richesse du roman de Laclos qui exploite toutes les ressources du genreLes Liaisons dangereuses, roman des femmes

Les femmes occupent une place importante dans le roman :elles sont représentées par cinq personnages de premier plan, contre deux pour les hommes.

Diversité d’âges : jeune fille (Cécile) ( vieille dame (Rosemonde)
Diversité de conditions : nobles ( servantes (Julie, la délurée ; Victoire, la fidèle)
Diversité de caractères : ordre des sens(Cécile, Emilie) ; ordre de l’esprit (Merteuil) ; ordre du cœur (Tourvel, Rosemonde)

Liaisons = roman libertin qui apparaît comme un roman de la condition féminine ( aliénation par la sujétion à l’homme, par l’éducation ou par la dévotion.

I. Le procès de trois éducations.

A. Cécile

Education reçue par Cécile chez les Ursulines = caricature d’éducation ( éducation négligente (// Marianne chezMarivaux ou la « religieuse » de Diderot) : elle ne sait rien du monde, on n’a fait que lui imposer des interdits sans lui donner une réelle formation morale.

A l’entrée dans le monde, les choses ne changent guère ( négligence et aveuglement de Mme de Volanges, qui ne dit rien à sa fille, ne lui dispense aucune éducation.

B. Tourvel

Pour Tourvel, le couvent fut un « asile » (lettre 161)de paix et de spiritualité mais il n’a pas mieux armé la jeune femme contre les pièges du monde et de la séduction.
Elle est également victime d’interdits et de tabous : « principes austères » (lettre 4) et « crainte salutaire de l’amour » (lettre 50).
Néanmoins elle est cultivée et recherche des guides dans la littérature (cf. Richardson, lettre 107).

( condamnation de l’éducation fourniepar les religieuses : anticléricalisme des Lumières.

C. Merteuil

Merteuil a assuré elle-même sa propre éducation (par ses lectures et ses observations) ( on sait ce qu’elle en a fait et ce qu’elle est devenue…
= exemple de dévoiement d’une éducation qui ne passe pas par le couvent et qui, peut-être touchée par la propagande des Lumières, a eu l’intérêt de lui éviter une éducation timorée etsclérosante.

( trois échecs qui conduisent au malheur des victimes.
Un point positif, néanmoins, dans ce réquisitoire : défense des femmes car elles ne sont pas responsables des tares d’un système qu’on leur impose.
C’est pourquoi se pose la question du féminisme (des héroïnes et de l’auteur).

II. Laclos et le féminisme.

Laclos a toujours affirmé à ceux qui mettraient en doute sonféminisme que, si Merteuil peut exister, c’est un exception, et que, comme Molière, il a peint le vice pour en détourner (cf. citation de Rousseau mise en exergue).

A. Le « cas » Merteuil

Merteuil ( véritable féministe car sa révolte est solitaire et méprisante à l’égard de ses sœurs. On pourrait dire qu’au fond elle est aussi misogyne que Valmont :
Cf. mépris affiché pour son sexe :...
tracking img