Les limites des pcs

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (271 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Quelque soit la procédure de classification, le classement des individus reste délicat et sujet à contestation: par exemple, un potier est-il un artisan (PCS 2) ou un artiste(PCS3)? De même, les professions évoluent au cours du temps: un agriculteur en 2005 n'a rien à voir avec un agriculteur il y a 50 ans; la condition ouvrière a égalementconsidérablement évolué.

D'une part, l'homogénéité des PSC reste relative: identifier des individus par leur situation professionnelle tend à regrouper des personnes différentes à biendes égards (mode de vie, croyances, origines ethniques et géographique, choix politiques….). Inversement, des individus aux caractéristiques économiques et sociales assez prochespeuvent se retrouver éparpillés dans des catégories différentes (c'est le cas des ouvriers, des employés et des petits indépendants).

En outre, le critère de la profession estparfois insuffisant est parfois insuffisant pour représenter la société, à l'heure où la part des emplois "atypiques" (CDD, intérim, contrats aidés, temps partiel involontaire)tend à augmenter, et où le chômage frappe, durablement ou à répétition, de nombreux actifs. Par ailleurs, la diminution du temps travaillé (RTT cf chapitre introductif)) rend sansdoute le travail un peu moins central dans l'existence, et donc dans l'identité sociale des individus.

Certaines PCS souffrent d'une trop grande hétérogénéité, en particulierles employés et les professions intermédiaires, qui alimentent les "classes moyennes".
Enfin, les inégalités économiques et sociales et les rapports plus ou moins conflictuelsentre les groupes sont évacués de la nomenclature et les deux extrêmes de l'échelle sociale - la grande pauvreté et la grande richesse- n'y apparaissent pas distinctement.
tracking img