Les lois, platon

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1324 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire de texte : Platon, Idéal Politique des Lois

Introduction
La pensée platonicienne a beaucoup évolué entre les débuts et la fin de la réflexion de Platon. Ses premiers écrits s’intéressent principalement aux idéaux politiques influencés par la pensée socratique. Par la suite, ce dernier s’est émancipé en approfondissant ses écrits. C’est pourquoi, Platon revient sur la philosophiedéveloppée précédemment dans sa dernière œuvre intitulée Les Lois. Notre extrait se divise en deux grandes idées. La première serait que la Cité est la meilleure forme de gouvernement en tant qu’unité politique égalitaire. La seconde serait la nécessaire création des lois par une élite qui s’ouvrirait vers le monde intelligible, guidant les individus vers ce dernier. Celui-ci fait référence àl’allégorie de la Caverne. A travers ce mythe, Platon exprime l’idée que le peuple est prisonnier de préjugés et des apparences et que seul une élite est capable d’accéder au juste et à la vérité.

« Eh bien, tiennent la première place dans l’ordre de l’excellence, la cité, la constitution et les lois les meilleurs, où se réalise le plus possible pour toute la cité le vieux dicton qui veut que« vraiment tout est commun entre amis ». Dans cette situation, qu’elle existe maintenant quelque part ou qu’elle doive exister un jour, les femmes sont communes, les enfants sont communs, les richesses sont communes ; par tous les moyens, tout ce que l’on prétend posséder en propre a été partout retranché du commerce de la vie quotidienne. On est parvenu, dans la mesure du possible à faire ainsi que lesyeux, les oreilles et les mains paraissent voir, entendre et agir en commun, à faire que chacun à l’union émette aussi bien éloges que blâmes, se réjouisse et s’afflige des mêmes choses ; bref quelles que soient les lois par lesquelles (…) l’unité sera au plus haut degré possible réalisée dans la cité, ces lois seront telles que, pour la supériorité dans l’excellence, personne jamais, définissantautrement cette supériorité, n’en posera une définition qui soit plus juste, ni non plus meilleure. Voilà donc de quelle sorte est cette cité. Que les dieux ou des enfants des dieux y habitent ensemble, toujours est-il qu’ils passent leur vie dans la joie de s’y être établie. Dès lors, il ne faut pas regarder ailleurs pour trouver un modèle de constitution, mais il nous faut nous attacher à cellelà et rechercher dans la mesure de nos possibilités, celle qui lui ressemble le plus. »

Partie I.
Tout d’abord Platon pose un postulat : la cité, la constitution, et les lois qu’elle va mettre en œuvre sont des valeurs d’excellence, un idéal à atteindre. Selon lui, la constitution parfaite serait celle en laquelle les lois stipulent que tout est commun : femmes, enfant éducation, richesses. Ill’exprime au travers du dicton « vraiment tout est commun entre amis » et où les gouvernants sont philosophes. C’est la célèbre thèse des philosophes rois selon laquelle le pouvoir et la sagesse sont réunis en une seule main. Il assimile la constitution parfaite au régime aristocratique, c'est-à-dire la cité d’Athènes.
En effet, le juste pour Platon, résulte de l’harmonie qui s’établit entre lestrois parties de l’âme. Il s’agit de l’épythumia, le logistikon, le thumos respectivement l’appétit ou les passions, la raison, le cœur. Le juste s’instaure également par l’harmonie entre les diverses classes de citoyens au sein de la cité. Platon exprime cette idée à travers l’expression « on est parvenu […] à faire que chacun à l’union émette aussi bien éloges que blâmes, se réjouisse ets’afflige des même choses ». Le principe d’égalité de droit apparaît fondamental pour maintenir un régime, cependant l’égalité de condition n’est pas réelle. En effet on distingue différentes égalités dans la cité d’Athènes : isonomia (égalité de droits politiques), isègoria (égal droit de parole dans les assemblées politiques), isogonia (égalité par la naissance) et isokratia (égalité de...
tracking img