Les lumières

Pages: 8 (1762 mots) Publié le: 14 juin 2009
Dissertation: Les Lumi�res

L'�criture � toujours �t� un moyen de diffusion des connaissances et des pens�es. D'abord employ� � des fins commerciaux, militaires ou de divertissement, ce mode de communication s'est r�v�l� �tre celui des penseurs du XVIIIeme si�cle. Nombre de grands auteurs europ�ens dits du si�cle des Lumi�res ont ainsi pu propager leurs id�ologies � travers le continent.C'est � cette m�me �poque que Mme de Vichy-Champrond, marquise du Deffand et proche amie de l'�crivain-philosophe Voltaire caract�risa dans sa c�l�bre phrase l'oeuvre de ces hommes: "Philosopher, c'est secouer le joug de l'autorit�." En pronon�ant telle r�flexion, Mme du Deffand aurait-elle r�ussi � d�voiler le but, l'intention de l'�criture des Lumi�res? Pour y r�pondre, nous allons d'une part�tudier la pens�e de Mme du Deffand, afin de l'assimiler et de l'opposer aux doctrines des philosophes des lumi�res.

Comme ses mots le sugg�rent, Mme du Deffand supposait en premier lieu que ses amis �crivains "philosophaient". Ainsi, comme ce verbe l'indique, ils auraient pens� dans un but de remise en cause de la conception de l'univers. Seulement, plut�t que de vouloir d�truire ce monde qui lesentourait pour en reconstruire un nouveau, ils n'auraient fait que le "secouer", c'est � dire d�placer ce qui existait auparavant. En philosophant, il ne s'agit donc pas d'une reconstruction de la soci�t� contemporaine des �crivains des Lumi�res, mais plut�t d'une transformation partielle. La marquise suppose donc que les philosophes n'avaient pas d'ambition nihiliste, mais plut�t celle deconserver le meilleur de leur soci�t�, aussi injuste et corrompue soit-elle. Enfin, ce que ces philosophes "secouaient" n'�tait non pas la soci�t� tout enti�re mais plut�t le "joug de l'autorit�". Un joug �tant un lourd outil utilis� pour atteler des animaux de trait, Mme du Deffand comme les philosophes de son �poque, auraient accus� "l'autorit�" d'emprisonner inhumainement le peuple. Ainsi, enphilosophant, les �crivains des Lumi�res secoueraient le joug qui retient la population prisonni�re. En ce faisant, ils offriraient au peuple plus de libert�s individuelles tout en �vitant la destruction totale de l'autorit� en place.

Nombre de philosophes des Lumi�res avaient donc ce but pr�cis: celui d'offrir � tous des libert�s individuelles. En "secouant" les fondements de diff�rentes formesd'autorit�, qu'elles soient religieuses ou politiques, ils ont pu accomplir ce dessein philanthropique.
En effet, on peut observer qu'un lieu commun de la litt�rature philosophique du XVIII�me �tait l'�mancipation des doctrines impos�es par les institutions religieuses, sans pour autant r�futer l'existence d'un Dieu. Pour ce faire, ces hommes voient la Nature sous un oeil nouveau. Celle-ci estalors expliqu�e, rationalis�e. Les dogmes et les v�rit�s jusque l� diffus�es par l'Eglise sont donc r�fut�es au profit d'une conception scientifique. Comme le disait Voltaire: "Je ne puis imaginer que cette horloge marche et n'ait pas d'horloger." La nature est alors faite d'engrenages, que l'homme peut �tudier et comprendre. Seulement, l'existence d'un Dieu, "l'horloger" parait encore �vidente pourexpliquer la cr�ation de la Nature. Comme le fait Voltaire, ces philosophes secouent le joug de la tradition, de la conception uniquement transcendante du monde. L'homme demeure cr�ation de Dieu, mais peut d�s lors comprendre les rouages de sa nature. Comme ce premier argument l'illustre, les philosophes de Lumi�res secouaient les fondements de l'Eglise catholique, sans pour autant s'attaquer �tous les enseignements religieux. Ils respectaient donc la pens�e de Mme du Deffand, dans la mesure o� leurs accusations contre l'Eglise �taient retenues et avaient pour but de combattre l'intol�rance religieuse.
De m�me, la part de l'Eglise dans l'�ducation du peuple est remise en cause par les philosophes des Lumi�res. Ainsi, selon John Locke, penseur anglais, la connaissance ne doit non pas...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Les lumieres
  • Les lumières
  • LES LUMIERE
  • Les lumiere
  • Les lumières
  • La Lumiere
  • Lumière
  • La lumiere

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !