Les méthodes d'évaluation des entreprises

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4697 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les techniques de valorisation d'une entreprise

      Etape incontournable du processus des Fusions-Acquisitions, la valorisation d’une société est une opération complexe en raison de la pluralité des éléments qui entrent en compte. La valorisation d’une société va au delà des pures considérations financières que représentent ses bilans et comptes de résultat. Les comptes prévisionnels, lapotentialité du marché, le profil de l’équipe, la phase de développement de l’entreprise, les entraves au développement, les barrières à l’entrée du marché, les facteurs clés de succès, sont autant de facteurs plus qualitatifs que quantitatifs qui influencent de façon non négligeable la valorisation finale de la société.
      On peut ainsi parler de pluralité de techniques de valorisation dans lamesure où deux sociétés ayant pourtant un profil très proche, ne bénéficieront jamais de la même évaluation.. Les professionnels utilisent cependant un certain nombre de méthodes et modèles que l’on retrouvera de façon plus ou moins prépondérante dans toute évaluation d’entreprise. Ainsi, les difficultés dans la problématique de valorisation d’entreprises résident moins dans l’application de laméthode mais dans le choix de celle-ci dans la mesure où chaque méthode est adaptée à un certain profil d’entreprises.
Objectifs de la valorisation et les deux principales approches
      Valoriser une société c’est calculer la valeur financière d’une entreprise en tenant compte des données comptables passées et du potentiel de développement de la société. Cependant, l’objectif de la valorisationest rarement le même, et donc la technique retenue aussi. On distingue en effet, la valorisation « patrimoniale » commanditée par le chef d’entreprise pour évaluer son patrimoine à un instant T, de la valorisation d’une cible en vue d’une opération de Fusion-Acquisition ; ou encore la valorisation d’une « start-up » en phase d’amorçage par un investisseur en vue d’une acquisition de parts, de lavalorisation d’une société lors d’un tour de table « pré-IPO » qui se basera essentiellement sur le potentiel de création de valeur de la société.
       En dépit de cette pluralité d’objectifs, une constante se dégage. Quel que soit la phase de développement, le secteur, le potentiel de croissance de la société, la valorisation doit permettre d’évaluer financièrement la somme que devrait verser unepersonne physique ou morale pour acquérir 100% du capital de la société. C’est après, un fois réalisée la valorisation de 100 % du capital, que l’on ajustera le prix en fonction de l’objectif et des modalités (acquisition d’un bloc de titres offrant une minorité de blocage, cession de parts représentant la majorité des droits de vote,…).
       Dans les faits, on distingue 2 principalesapproches, qui permettent d’évaluer une société. Chaque approche est plus ou moins utilisée par les professionnels et plus ou moins influente sur la valorisation finale en fonction du secteur et de la taille de la société. On distingue l’approche actuarielle qui va valoriser la société à partir de sa capacité à générer à moyen terme des flux de revenus (cash-flows, dividendes,…). Il existe égalementl’approche comparative qui valorise une société à partir de données sur des sociétés présentant un profil comparable (opérations comparables, indices de référence, données financières de concurrents,….
       Après avoir présenté chacune des ces approches, nous présenterons plus explicitement les techniques utilisées.
L'approche Actuarielle
       La valorisation d’une société selon une approcheactuarielle est basée sur une estimation des futurs flux de revenus générés par une société, compte tenu du risque de l’actif économique. Autrement dit, les flux de trésorerie futurs vont être actualisés à un taux , appelé taux d’actualisation, qui reflète le risque de l’entreprise. La philosophie de cette approche repose sur l’idée selon laquelle l’acquéreur n’achète pas les flux passés de...