Les marchés à terme agricoles en europe et en france

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 47 (11648 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
mars 2008

N° 30

NOTES ET ÉTUDES ÉCONOMIQUES

Tiré – à – part

Marie-Alix Roussillon-Montfort Les marchés à terme agricoles en Europe et en France

NEE n°30, mars 2008, pp. 99-124

Résumé
Cet article étudie la possibilité de couverture du risque de prix offerte par les marchés à terme et leur utilisation par les agriculteurs. Après une brève revue de l’ensemble des risques pouvantaffecter l’activité agricole, la première partie de l’article se focalise sur le risque de marché, autrement appelé risque de prix. Face au risque de prix, les agriculteurs disposent d’une panoplie d’instruments, dont font partie les marchés à terme. La deuxième partie de l’article met en lumière le principe de ces marchés et décrit les conditions de leur utilisation en tant qu’instrument decouverture du risque de prix par les agriculteurs. L’intérêt essentiel des marchés à terme est de garantir au producteur un niveau de marge pouvant être fixé en amont du processus productif, indépendamment des éventuelles diminutions de prix pouvant affecter les marchés. La troisième et dernière partie de l’article dresse un état des lieux de l’utilisation des marchés à terme agricoles en France etexplique les raisons pour lesquelles celle-ci est restée assez limitée jusqu’à une période récente. Face à ces constatations, l’article s’achève sur des propositions visant à développer l’implication des pouvoirs publics dans la promotion des marchés à terme.

MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE

Direction Générale des Politiques Economique, Européenne et Internationale Service desStratégies Agricoles et Industrielles Sous-Direction de l’Évaluation, de la Prospective, des Études et de l’Orientation

NOTES ET ÉTUDES ÉCONOMIQUES Directeur de la publication : Jean-Marie AURAND, DGPEI Rédacteur en chef : Bruno VINDEL, DGPEI Secrétariat : Nancy DIOP, DGPEI Membres du comité de rédaction : Éric BARDON, DICOM Christophe BLANC, SG-DAFL Philippe BOYER, DGPEI Bernard DECHAMBRE, DGPEIAntoine ERHEL, DGPEI Jacques LOYAT, DGER Françoise SIMON, DGPEI Nathanaël PINGAULT, DGFAR Céline ROUQUETTE, SG-SCEES Évelyne SIROTA, SG-SCEES Laure SOULIAC, DGAL Frédéric UHL, DGPEI Composition : DGPEI/SSAI/SDEPEO Impression : Ministère de l’Agriculture et de la Pêche

Dépôt légal : à parution ISSN : 1275-7535 Renseignements et diffusion : voir page 4 de couverture

99

LES MARCHÉS À TERMEAGRICOLES EN EUROPE ET EN FRANCE

Marie-Alix Roussillon-Montfort * * À l’écriture de l’article, Marie-Alix Roussillon-Montfort était chargée de mission au bureau environnement-agriculture (service des politiques publiques – Direction générale du trésor et de la politique économique / ministère de l'économie, des finances et de l'industrie)

Notes et études économiques – n°30, Mars 2008

100L’ESSENTIEL DE L’ARTICLE
Cet article étudie la possibilité de couverture du risque de prix offerte par les marchés à terme et leur utilisation par les agriculteurs. Après une brève revue de l’ensemble des risques pouvant affecter l’activité agricole, la première partie de l’article se focalise sur le risque de marché, autrement appelé risque de prix. Plusieurs raisons sont évoquées pour expliquer lavolatilité des cours des produits agricoles, à l’origine de l’existence de ce type de risque. Parmi ces raisons figure l’instabilité intrinsèque des marchés agricoles, liée à la rigidité de la demande alimentaire et aux erreurs d’anticipation des agents producteurs. Mais l’évolution des politiques publiques de gestion des marchés est également jugée responsable de l’accroissement de la volatilitédes prix constatée au cours des dernières années. Face au risque de prix, les agriculteurs disposent d’une panoplie d’instruments, dont font partie les marchés à terme. La deuxième partie de l’article met en lumière le principe de ces marchés et décrit les conditions de leur utilisation en tant qu’instrument de couverture du risque de prix par les agriculteurs. L’intérêt essentiel des marchés...