Les membres de l'estomac

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3179 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
GEORGES DUROY
« cambra la taille frisa sa moustache [...] » D.R p15
« Je crève de faim tout simplement. Une fois mon temps fini, j'ai voulu venir ici pour... pour faire fortune ou plutôt pour vivre à Paris ; et voilà six mois que je suis employé aux bureaux des chemin de fer du Nord à quinze fracs par ans, rien de plus. » p21 D.R
« J'y suis resté 28mois et j'ai séjourné les trois provinces. »DR parlant de l'Algérie p42
« la rue Boursault qu'il habitait » D.R p49
« hâte de sortir de là, de loger comme les hommes riches » D.R p50
« Son père et sa mère tenaient un petit cabaret, une guinguette où les bourgeois des faubourgs venaient déjeuner le dimanche : A la Belle-Vue ils avaient voulu faire de leur fils un monsieur et l'avaient mis au collège. Ses études finies et son baccalauréatmanqué, il était parti pour le service militaire avec l'intention de devenir officier, colonel, général. Mais dégout » de l'état militaire bien avant d'avoir fini ses 5 années, il avait rêver de faire fortune à Paris » D.R p53
« désir vers la fortune convoité » D.R p54
« heureux d'être près d'elle, pénétré de reconnaissance et du bonheur sensuel de cette intimité naissante. » D.R pensant de MmeForestier p63
« Il vivait mnt avec une peine infinie, avec plus de peine qu'aux jours ou il était employé du Nord, car, ayant dépensé largement, sans compter, pdt ses 1er mois de journalisme, avec l'espoir constant de gagner de grosses sommes et le lendem1, il avait épuisé tttes ses ressources et ts les moyens de se procurer de l'argent. » D.R p118
« Je suis amoureux de vous. » déclaration D.R àMme Forestier p133
« Il se réconcilia avec Rachel, ce soir-là » D.R p141
« douze cents francs par mois, au début, étaient alloués à Duroy […] le caissier sur ses représentations pressantes, avait fini par lui avancer 400F » D.R p144
« « il faut que je change de logement. Cela ne me suffi plus maintenant. » D.R p145
« « C'est la fortune qui arrive ! C'est la fortune ! Il faudra que j'écrive àpapa ! » » D.R p145
« Le long du boulevard extérieur, des filles l'accostèrent. Il leur répondait en dégageant son bras : « Fichez moi la paix ! » avec un dédain violent, comme si elle l'eussent insulté, méconnu... » D.R p147
« la conscience d'être devenu un autre homme, un homme du monde, du vrai monde » D.R p147
« Elle est au courant de tout, elle connait tout le monde sans avoir l'air devoir personne ; elle obtient ce qu'elle veut, comme elle veut, et quand elle veut. Oh ! Elle est fine adroite et intrigante comme auncune, celle-là. En voilà un trésor pour un homme qui veut parvenir » Mme de Marelle à propos de Mme Forestier p164
tout de suite Georges demande : « elle se remariera bien vite, sans doute ? »
« oui, pourquoi n'essaierait-il pas lui-même cette conquête ? Comme ilserait fort avec elle, et redoutable ! Comme il pourrait aller vite et loin, et sûrement ! » D.R à propos de Mme Forestier p206
« mais il avait confiance en sa fortune, confiance en cette force de séduction qu'il sentait en lui, force vague et irrésistible que subissaient toutes les femmes. » D.R p216
« Duroy travaillait dur, il dépensait peu, tachait d'économisé quelque argent pour n'êter pointsans le sou au moment de son mariage, et il devenait aussi avare qu'il avai été prodigue » D.R p217« Moi aussi je suis fille de petites gens... mais je les ai perus, moi, mes parents. Je n'ai plus personne au monde... » Mme Duroy p218
« Il marchait plus crânement, le front plus haut, la moustache plus fière, comme doit marcher un gentilhomme. » D.R p221
« C'étaient deux paysans, l'homme et lafemme, qui marchaient d'un pas régulier, en se balançant et se heurtant parfois de l'épaule. L'homme était petit, trapu, rouge et un peu ventru, vigoureux maglré son âge ; la femme, grande sèche, voutée, triste, la vraie femme de peine des champs qui a travaillé dès l'enfance et qui n'a jamais ri, tandis que le mari blaguait en buvant avec les pratiques. » les parents de Duroy p236
« Le père Walter...
tracking img