Les mfaux monnayeurs

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (413 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Biographie de Samuel BECKETT

Naissance : 13 avril 1906 Foxrock, Dublin
Décès : 22 décembre 1989 (à 83 ans) Cimetière du Montparnasse
Langue d'écriture : Anglais et Français
Mouvement(s) :Absurde
Genre(s) : Théâtre de l'absurde
Activité(s) : Écrivain, dramaturge, poète.

.Œuvres principales :
-En attendant Godot
-Fin de partie
-La Trilogie: Molloy, Malone meurt, L'Innommable.Eléments importants de sa vie :

.D’origine protestante, Samuel Beckett naît dans une banlieue cossue de Dublin, et fait ses classes à l’Earlsford House School de Dublin, avant d’intégrer laPortora Royal School d’Enniskillen. Oscar Wilde y avait été lycéen. Entre 1923 et 1927, Beckett étudie le français, l’anglais et l’italien au Trinity College de Dublin. Bachelor of Arts en poche, ildevient lecteur d’anglais à l’Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm, à Paris. C’est là qu’il rencontre James Joyce, dont il deviendra l’ami et le collaborateur.
.Après plusieurs voyages en Europe,il s’établit à Paris en 1938. « Je préfère la France en guerre à l’Irlande en paix », aurait dit celui qui grossira les rangs de la résistance au sein du groupe Gloria. Il se réfugie en zone libre, àRoussillon (Vaucluse).
.Son séjour lui inspirera En attendant Godot, qui paraît en 1948.
.Samuel Beckett fut d’abord un auteur de romans et de récits. Il écrit les romans Molloy, Malonemeurt,L'innommable (1947-1949), et la pièce Fin de partie (1954). En 1945, il renonce, à trente-neuf ans, à écrire dans sa langue maternelle pour lui préférer celle de son pays d’adoption : enfrançais, dit-il, "c'est plus facile d'écrire sans style ".
.Entre 1956 et 1960, Beckett reviendra pourtant à sa langue maternelle : La Dernière bande (1958), Oh les beaux jours (1960).
.En 1969,le prix Nobel delittérature est attribué à Samuel Beckett. Pour lui c’est une catastrophe. Par rejet de ce qu’il qualifie l’industrie beckettienne et des mondanités, il n’ira pas le chercher. C’est son éditeur, Jérôme...
tracking img