Les migrants climatiques, l'exemple de la ville de dacca

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1616 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 juillet 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les migrants climatiques, l’exemple de la ville de Dacca

En 2005, au Bangladesh, la moitié de l’île de Bhola s’est retrouvée engloutie sous les eaux, prés de 500000 personnes se sont retrouvées sans-abris. On peut les considérer comme étant les premiers réfugiés climatiques du monde. Les changements climatiques qui affectent notre planète en lien avec le global warming, semblent modifier lastructure et les motivations des migrations internationales. C’est dans son rapport, sur les changements climatiques et les effets secondaires que cela impliquera, que le GIEC (groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) appelle à des mesures urgentes pour considérer ces nouveaux types de migration. En effet le Bangladesh est considéré comme le pays où il y’a le plus de personnesexposées aux effets secondaires du changement climatique : montée du niveau des océans, fontes des glaces de l’Himalaya, Cyclones… Dans ce même rapport, il est énoncé que si ces « exodes » continuent dans ce pays, Dacca, la capitale, ne pourra pas absorber tout cet exode rural massif. Mais quelles mesures doit-on adopter pour encadrer le problème? Quel statut doit-on accorder à ces personnes ?(unstatut de réfugié ?) Faut-il engager la responsabilité des pays du nord dans ces déplacements ?

← Comment qualifier ces nouveaux migrants ?

Il y’a plusieurs noms pour les qualifier : -le plus neutre étant les migrants écologiques définis par l’organisation internationale des migrations comme : « les personnes qui, pour des raisons contraignantes de changement soudain ou progressif del’environnement, sont obligées de quitter leur résidence habituelle ». On retrouve pour la première fois l’acception de cette notion dans les travaux de Vogt en 1946 : ecological displaced persons.

-le terme de réfugié environnemental existe depuis 1985, expression créée par la PNUE (programme environnemental des Nation Unies). Son auteur est un Egyptien : E.El Hinnawi. Définit comme : « personnesforcées de quitter leur habitation traditionnelle d’une façon temporaire ou permanente, à cause d’une dégradation nette de leur environnement qui bouleverse gravement leur cadre de vie et/ou qui déséquilibre sérieusement leur qualité de vie ».

-Enfin le terme de réfugié climatique est beaucoup plus récent. Il est l’œuvre du collectif ARGOS en 2002. Il s’agit d’un terme plus spécifique queréfugié environnemental car le climat n’est qu’une sous-partie de l’environnement.

L’utilisation du terme réfugié est très problématique car il fait référence à la convention de Genève de 1951 (qui a instauré le statut des réfugiés politiques). C’est à dire toute personne « craignant avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certaingroupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays ; ou qui, si elle n’a pas de nationalité et se trouve hors du pays dans lequel elle avait sa résidence habituelle à la suite de tels événements, ne peut ou, en raison de ladite crainte, ne veut y retourner ». Onpeut en déduire que de prime abord, le statut de « réfugié climatique »n’est pas reconnu par la convention de Genève, donc il peut paraître abusif d’employer ce terme. Cependant, si on considère la notion du petit Robert on s’aperçoit au contraire que la définition retenue peut englober les réfugiés climatiques. En effet est réfugié, selon cette définition, toutes personnes qui « ont dû fuir lelieu qu’elles habitaient pour échapper à un danger ». La capitale du Bangladesh est fortement marquée par ce nouveau problème.

← Un problème urgent : La situation à Dacca :

500000 personnes migrent à Dacca chaque année en provenance des côtes ou des territoires ruraux. Ces personnes quittent leur domicile à cause de facteurs environnementaux qui leur empêchent de subsister. En effet...
tracking img