Les miserable (auteur + analyse)

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3335 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Présentation de l’auteur

Victor Hugo est né à Besançon, en France, le 26 février 1802. Dès l’âge de onze ans, il apprenait des matières comme les mathématiques, sans le support de ses parents. De plus, il avait toujours le nez plongé dans divers livres.
Quatre ans plus tard, il suivait ses études à l’école polytechnique où il participa à un concours de littérature nommé les Jeux floraux(concours annuel de poésie). Après avoir lu les œuvres (les Odes) de Victor Hugo, le roi Louis XVIII décide de lui donner une bourse de deux mille francs. Cela lui a alors encouragé à écrire plusieurs œuvres comme des romans, des journaux et des pièces de théâtre. Il poursuit ensuite cette passion en écrivant des œuvres célèbres, dont son premier roman historique, Notre-Dame de Paris, en 1831.
En1841, il parvient à joindre l’Académie Française (une institue constituée de membres qui aident à l’établissement de règles dans la littérature française). Le décès de sa fille Léopoldine le 4 septembre 1843 a causé un arrêt de trois ans dans sa carrière littéraire.
Dix ans plus tard, après un attentat de coup d’état contre le neveu de Napoléon Bonaparte, ce dernier exila l’auteur de Paris. Parconséquent, il entreprit plusieurs voyages en Europe, tels que Belgique et Jersey. Pendant ses excursions, il a rédigé quelques œuvres, dont le roman les Misérables (1862).
De retour à sa patrie, les guerres civiles l’ont aussi suscitées à écrire d’autres romans comme l’Année terrible (1872) et les séries des Légendes des siècles (1877 et 1881).
Il meurt le 22 mai 1885 à cause d’une congestionpulmonaire. Son corps fut déposé au Panthéon (bâtiment où reposent les corps de citoyens français distingués) à Paris. Il a laissé derrière lui maintes œuvres inachevées qu’on publia par la suite.

Évolution psychologique

Au début de l’histoire, Jean Valjean ressentait une haine profonde contre l’humanité. Il savait bien que voler de la nourriture était un acte contre la loi. Cependant,pour nourrir sa famille (sa sœur et ses maints enfants), il fallait trouver un moyen les fournir de la nourriture. Ils étaient affamés, assoiffés, fatigués, exploités, bref condamnés dans la misère totale. Lorsqu’il est rentré au bagne, il avait eu quasiment deux heures de sommeil alors qu’il devait déjà se lever, aller prier et achever les travaux qu’ordonnait l’autorité civile. Quand il étaitlibre, il est ancré avec un passeport jaune qui était l’origine pour laquelle la société le rejetait. Il souffrait avant même qu’il est rentré en prison, pendant qu’il était en prison et après qu’il soit sorti de la prison. Toutes ses raisons lui menaient à ce sentiment de fiel contre les gens. « De souffrance en souffrance il arriva peu à peu à cette conviction que la vie était une guerre; et quedans cette guerre il était le vaincu. Il n’avait d’autre arme que sa haine. Il résolut de l’aiguiser au bagne et de l’emporter en s’en allant. » Tout ce qu’il voulait, c’était d’être accueilli et traité comme un être humain, mais il ne le reçu point.
Plongé dans l’obscurité et dans la vengeance, il continuait ses escroqueries telles chez l’évêque qui était le seul à le recevoir. Toutefois, lagentillesse de l’évêque n’a quasi baissé l’amertume qu’éprouvait le forçat. Le vrai geste qui l’a déboussolé était le pardon de l’évêque. . « Quand Jean Valjean était sorti de l’évêque, on l’a vu, il était hors de tout ce qui avait été sa pensée jusque-là. […] Il sentait indistinctement que le pardon de ce prêtre était le plus grand assaut et la plus formidable attaque dont il eût encore ébranlé (…).» Il était touché par le fait qu’il y avait quelqu’un qui était aussi généreux et indulgent. Cela le faisait réfléchir sur ses pensées absurdes et sombres. Pourrait-il continuer à exprimer sa rage sachant que Dieu l’avait, en quelque sorte, pardonné pour ses actes grossiers? C’est ainsi que Jean Valjean, confus, perdu et sur le bord de la folie, restait ambivalent entre la décision de rester...
tracking img