Les modèles de citoyenneté

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1848 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les modèles de citoyenneté

Dissertation :
La notion de citoyenneté a réellement évolué de l’Antiquité à nos jours. En effet même si le concept de citoyenneté est lié au développement de la démocratie à l’Antiquité, elle revêt cependant une définition restrictive dans la mesure où les femmes et les étrangers sont exclus. C’est dans le cadre des révolutions américaines et françaises que lanotion de citoyenneté se cantonne à celle de démocratie dans la mesure où elle apparait comme une « utopie créatrice en fonction de laquelle les différences objectives qui séparent les individus s’effacent devant leur égalité en ce qui concerne les droits et la participation politique ». La citoyenneté à travers le principe d’intégration et assimilation permet aux citoyens, d’effacer les inégalitésde par leurs droits et devoirs égaux. De nos jours la jouissance de droit est fortement rattaché au principe de nationalité (lien juridique et politique qui unit l’individu à un état et lui confère la qualité de citoyen) et ce parce que la notion de citoyenneté moderne se développe en même temps que l’Etat-nation. Dans ce cadre de flux d’immigrations très denses en France, il est important pourles immigrés d’obtenir la nationalité. Cette obtention est déterminée par les Etats et en ce sens on distingue deux types de droit à la nationalité. Le droit du sang qui s’applique historiquement en Allemagne et le droit du sol qui s’applique en France. C’est donc en tant que fait historique que la citoyenneté est distinguée par plusieurs modèles d’intégration tel que le modèle français et lesmodèles d’inspiration libérale. Ces modèles de citoyenneté tentent de répondre à la demande sociale dont l’objectif était de trouver un mode d’intégration pour les étrangers.

La question est bien de savoir quels sont les mécanismes qui sont mis en place pour devenir citoyen.

Qu’il s’agisse du modèle républicain français ou des modèles libéraux tel que le Royaume uni ou les Etats-Unis,l’intégration nationale apparait comme une condition essentielle pour favoriser la cohésion sociale nationale. Il est cependant important de distinguer les modèles de citoyenneté. En effet ceux-ci ont une réalité historique différente, le modèle républicain s’est forgé avec l’héritage de la Révolution française qui caractérise un état centralisé ou appartenir à la communauté est important (I) alors que lemodèle libéral reconnait les identités particulières et les appartenances historiques des citoyens (multiculturalisme) (II).

I/ L’intégration française inscrite dans la tradition républicaine.

S’il est possible d’évoquer un modèle de citoyenneté français c’est notamment en raison d’un Etat fort qui a établit une politique d’assimilation caractéristique afin d’éliminer les corpsintermédiaires (A). C’est en ce sens que se développe un universalisme républicain qui s’est fondé sur une volonté de communauté française (B).

A/ intégration sur une volonté d’assimilation

La France se caractérise avant tout par son évolution historique tant dans les manuels d’histoire que dans la sociologie politique. Ainsi l’émancipation de l’Etat vis-à-vis de l’Eglise et l’élimination progressivedes corps intermédiaires qui étaient des médiations entre les individus et le pouvoir politique, à permis d’établir une véritable communauté française de par sa langue unique et son territoire unifié. C’est dans cette logique que l’Etat a imposé sa forme républicaine et fondé sa légitimité sur la laïcité (avec les lois « Jules Ferry » qui instituent l’école publique, laïque, obligatoire et gratuitepour tous les enfants de six à treize ans).
C’est progressivement que s’édifie une réelle intégration républicaine basée sur les principes de la République liberté, l’égalité, fraternité. C’est le cas notamment avec la volonté de maitrise de la langue française et le choix de mêler le droit du sang (jus sanguinis) où les enfants de parents français sont français et le droit du sol (jus...