Les morales des fables de la fontaine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages: 12 (2958 mots)
  • Téléchargement(s): 0
  • Publié le: 22 septembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
MORALES DES FABLES DE LA FONTAINE
FRANÇAIS 21-09-2011

IL FAUT TROUVER LA MORALE DE Chaque FABLE.
EXPLIQUER EN 2 OU 3 Lignes ce que la fontaine a voulu nous faire comprendre


La cigale et la fourmi

Cette fable décrit les comportements opposés d’une cigale paresseuse et d’une fourmi travailleuse.
La cigale a passé l’été à chanter et travailler, pendant que la fourmi mettait desprovisions de côté pour passer l’hiver. L’hiver venu, la fourmi avait de quoi subvenir à ses besoins, et la cigale se trouva dépourvue. Elle vint réclamer à manger à la fourmi. Mais la fourmi lui dit « tu as bien chanté tout l’été, et bien maintenant, va danser ! »

La Fontaine veut mettre en avant le fait que la fourmi est raisonnable : elle travaille et économise ce qu’elle gagne en pensant àl’avenir, au lieu de s’amuser, chanter et rêver comme la cigale. La morale est que le travail est fondamental, et il faut savoir être prévoyant. A la fin de la fable, la cigale se retrouve dépourvue, tandis que la fourmi a tout prévu pour les jours difficiles.

Le corbeau et le renard

Cela raconte l’histoire d’un corbeau, trop fier, qui se vante de ce qu’il possède. Résultat : il se fait voler lepeu de richesses qu’il avait (un fromage). Par contre, le renard, qui ne possédait rien, repart avec ce fromage, après avoir flatté le corbeau.
La morale est que tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute. Le renard a pu manger à sa faim car le corbeau s’est laissé avoir par ses belles paroles. Quelqu’un qui sait flatter les autres, arrivera toujours à s’en sortir si il trouve quelqu’unqui l’écoute.

La grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf

Une grenouille voit un bœuf de belle taille, et devient envieuse de sa taille. Elle veut l’égaler, donc elle se met à enfler de plus en plus. A tel point qu’elle finit par en mourir.

La morale est la suivante : « Tout Bourgeois veut bâtir comme les grands Seigneurs,
Tout petit Prince a des Ambassadeurs,
Tout Marquisveut avoir des Pages. »

Ici, La fontaine met en garde contre l’orgueil et la vanité : à vouloir imiter les autres, la grenouille en est morte. Quand on en veut toujours plus, cela peut mal finir.

Les deux mulets

Cette fable nous conte l’histoire de deux ânes qui marchaient ensemble: l’un portant de l’avoine, et l’autre de l’argent de la gabelle. Celui portant l’argent se fait attaquer etest blessé. L’autre âne lui dit « Il n’est pas toujours bon d’avoir un haut emploi ». L’âne qui servait un meunier avait un « emploi » moins élevé, moins important, mais au moins il est en bonne santé car on ne l’attaque pas, car ce qu’il transporte n’est pas « important ».

Le loup et le chien

Un loup affamé et affaibli rencontre un chien gras, beau et puissant. Le loup fait des complimentsau chien qu’il admire, et celui-ci lui dit que si il veut être aussi bien soigné que lui, il n’a qu’à le suivre, et obéir à son Maître. Mais la contrepartie de ces soins est que le chien est attaché et qu’il est au service son Maître, justement. Le loup lui répond qu’il préfère être affamé mais libre, que bien nourri et asservi. La morale de cette histoire est que la liberté n’a pas de prix. Ilvaut mieux être libre mais affamé, que bien nourri mais attaché.

La génisse, la chèvre et la brebis, en société avec le lion

C’est l’histoire d’une génisse, d’une chèvre et d’une brebis qui décident de s’associer à un lion (le seigneur du voisinage) pour partager les gains et le dommage. Un cerf se trouve pris dans les lacs de la chère. Celle-ci convie ses associés pour le partage. Le liondécoupe le cerf en 4 parts et avertit les autres que les 4 morceaux sont pour lui. Il les met en garde et menace de les étrangler si ils touchent aux morceaux de viande, en avançant des arguments douteux. La morale est explicite :
« La raison du plus fort est bien sûr la meilleure » Ici, cela signifie que même si ce que dit le plus fort (ici le loup) n’est pas vrai, comme il est le plus fort,...
tracking img