Les mots

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1287 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Né en 1905 dans une famille bourgeoise, Sartre publie en 1963 un récit autobiographique, Les Mots, dans lequel il narre des souvenirs d’enfance et relate sa relation à la littérature. Cette autobiographie (roman pour Sartre, essai pour certains, critique philosophique ou pamphlet antibourgeois pour d’autres) s’inscrit dans un espace scripturaire, - l’œuvre n’étant pas divisée en chapitres mais endeux parties, intitulées respectivement « Lire » et « Écrire »-, exposant les deux épisodes les plus importants pour l’auteur : l’apprentissage de la lecture et de l’écriture, qui ont, en tous points, marqué son enfance et sa vie d’adulte.

Dans la deuxième partie, « Écrire », Sartre nous transmet sa perception de l’écriture et de la création littéraire. L’extrait que nous nous proposonsd’analyser est une partie de l’excipit de la partie susmentionnée. Nous y verrons comment Sartre, par la narration de ses souvenirs d’enfance, tente de répondre à la question : « Comment suis-je devenu écrivain ? » Dans un premier temps, nous analyserons sa relation à l’écriture et dans un second temps, nous conduirons une réflexion sur son écriture et son métier d’écrivain.

La création littéraire estune forme de liberté, une possibilité donnant à son esprit d’enfant de vivre des aventures à travers ces personnages, ces héros de papier, « Grisélidis, Pardaillan et Strogoff ». Mélancolie du passé d’un Sartre vieillissant et peut-être aussi à la recherche d’un temps révolu pour lui.

Sartre a déclaré que Les Mots représentait « un adieu à la littérature » ; lui-même y raconte la genèse decelle-ci, qui a grandi en lui. Or, dans cet extrait, il écrit : « Je fais, je ferai des livres, il en faut ; cela sert tout de même », ce qui montre bien que l’écrivain n’en a pas terminé –par l’emploi du futur « ferai » – avec la littérature. Si dans un premier point, il nous semble désabusé – « c’est mon habitude », « c’est mon métier », insistant sur une certaine banalité de l’écriture et sonnantcomme un gagne-pain –, lui-même se qualifie de littérateur[1], méfiant envers lui-même : « Jamais je ne me suis cru l’heureux propriétaire d’un talent, ma seule affaire était de me sauver. » Se sauver de sa personne, de ses idées, comme dans un tour de magie, « rien dans les mains, rien dans les poches », simplement en étant un artisan de l’écrit, « par le travail et la foi », dans les livres qu‘ilconsidérait comme sacrés ; se sauver de cette « habitude ».

Par son enfance et sa relation avec les livres « sacrés » ainsi qu’avec la bibliothèque de son grand-père, donc par vocation familiale, il est avant tout un écrivain au sens classique du mot.

D’ailleurs, il rajoute : « Jamais je ne me suis cru l’heureux propriétaire d’un talent, l’écriture est une planche de salut, ma seuleaffaire était de me sauver. » Se sauver de quoi ? De son entourage ? Ou plutôt de lui-même, puisqu’il se considère « comme un vieux bâtiment ruineux, une imposture, mais pas n’importe laquelle, mon imposture » (mais par rapport à qui, à quoi ?). C’est ce qui lui permet de « guérir d’une névrose », mais « pas de soi », laissant pressentir un dégoût de sa personne ; l’écriture y apparaît comme le seul etunique moyen de se préserver de la maladie.

L’écriture lui permet de défendre ses idées, mais aussi de faire un travail sur lui-même : « Usés, effacés, humiliés, rencognés, passés sous silence, tous les traits de l’enfant sont restés chez le quinquagénaire. » Il insiste sur la présence, l’influence de l’enfant, de ses « héros qui s’aplatissent dans l’ombre » et qui, « dans l’ombre »,« guettent », tels des animaux sauvages, pour lui rappeler qu’il est voué à l’écriture dès son enfance ; pourfendant le mal dans ces récits infantiles, il pourfend aussi l’idéologie et la philosophie. Enfant, il a donc découvert la littérature comme un sauvetage et « le moyen de s’approprier le monde »[2], d’inventer des histoires dont il était le héros, justifiant ainsi sa propre existence : « Ce que...