les mots

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (2956 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 mai 2015
Lire le document complet
Aperçu du document
Exposé Les mots Jean Paul Sartre

I) Courte Biographie
Jean-Paul Sartre est né en juin 1905 à Paris. Son père meurt alors qu’il est encore très jeune.
Il est issu d’un milieu bougeois et cultivé (cf. Les Mots). Il fait ses études à Paris où il rencontre Paul Nizan. En 1924, Sartre intègre l’École normale supérieure et obtient son agrégation de philosophie en 1929.
À cette époque, il a déjàrencontré Simone de Beauvoir qui devient sa compagne.
Il enseigne la philosophie au Havre.
En 1938, il publie La Nausée, roman qui est reçu favorablement par la critique. En 1939, Sartre est mobilisé et, en juin 1940, il est fait prisonnier. Libéré un peu plus tard, Sartre se tourne vers le théâtre pour exprimer son engagement : il publie Les Mouches et, en 1943, L’Être et le néant.
À la Libération,il fonde la revue Les Temps modernes et quitte l’enseignement. Sa théorie de l’existentialisme connaît un véritable succès. Il considère qu’un intellectuel doit être un homme d’action et que l’engagement est nécessaire : c’est pourquoi, à partir de 1950, il se rapproche du Parti communiste et, pendant la guerre d’Algérie, soutient les indépendantistes du Front de Libération Nationale (FLN).
En1964, il refuse le prix Nobel de littérature.
Sartre participe à la révolte étudiante en mai 1968.
Il meurt en avril 1980 à Paris.


Dans Les Mots, Jean Paul Sartre fit une description de son enfance. C’est un récit autobiographique où on découvre l’auteur Jean Paul Sartre sous d’autres facettes. Ce livre fut publié une première fois en 1963 et une seconde fois en 1964. Ce fut l’un des plus grandsouvrages de Jean Paul Sartre. Cet ouvrage lui valut même le Prix Nobel de littérature en 1964 qu’il refusa.
Dans ce livre, Jean Paul Sartre aborde son enfance d’un point de vue très critique. Il écrivit ce livre à une époque où beaucoup d’événements malheureux sont venus troubler sa conception de la vie. C’est à partir de là, il décida de faire un petit retour en arrière afin de trouver dessouvenirs. En écrivant ce livre, le philosophe qu’était Jean Paul Sartre cherchait surtout à savoir ce que la littérature pouvait apporter.
Les Mots de Jean Paul Sartre est un ouvrage divisé en deux parties. Dans la première partie, Jean Paul Sartre évoque la lecture tandis qu’au niveau de la seconde partie il aborde le thème de l’écriture.


II)Les mots
A)
Première partie : Lire
Jean Paul Sartre ne connutpas très bien son père car ce dernier mourut alors que le jeune homme n’avait que deux ans. A la mort de son mari, la mère du petit Jean Paul, Anne-Marie Schweitzer emménagea chez ses parentsCharles Schweitzer et Louise Schweitzer. Jean Paul passa alors son enfance avec ses grands-parents.
Le grand-père Charles, fut celui qui influença de façon positive l’éducation du petit Jean Paul. Professeurd’allemand, Charles dispose d’une très grande bibliothèque. C’est dans cette bibliothèque que Sartre s’adonna à sa passion pour la lecture. Il aimait beaucoup lire et se réfugiait souvent dans ce lieu sacré pour dévorer les classiques de son grand-père, les encyclopédies. C’est sa mère qui l’aida à se passionner pour les livres illustrés pour enfants.
Sur le plan familial, tout allait bien. Bienqu’au début, il y eut quelques difficultés causées par sa grand-mère, la situation familiale était assez bonne. Tout le monde aimait Jean-Paul qui en était ravi et cherchait à avoir une bonne image. Il faisait tout pour paraître sage aux yeux des autres surtout aux yeux de son grand-père. Mais à l’école, Sartre n’avait pas de très bons résultats. Il préférait s’évader dans ses livres où ils’imagine à la place des héros. Sartre se plaisait dans cette vie imaginaire lorsqu’il fut marqué par un évènement. Alors qu’il se trouvait au jardin du Luxembourg avec d’autres enfants de son âge, ces derniers ne lui accordèrent aucune attention. Jean-Paul qui se prenait pour un héros pris vite conscience de la réalité et sut dès cet instant qu’il avait encore du travail à faire. Lorsqu’il comprit...