Les na de chine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1018 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les Na de Chine

Les Na sont une ethnie de Chine qui, jusqu’à nos jours, a toujours vécu sans l’institution du mariage. Ce n’est pas un cas parmi tant d’autres mais un bien un exemple unique de structure sociale matriarcale qui fonctionne. Dans quelle mesure les femmes ont-elles besoin des hommes? A quoi ressemble leur organisation sociale? Comment vivent-ils?

Les règles de comportementsont définies entre différents groupes. En 1956, les Na étaient divisés en 3 strates: les Sïpi, les Dzéka et les We. Les Sïpi, qui représentent l’aristocratie, sont les seuls a avoir le droit de porter des vêtements jaunes, rouges, bleus, noir, en laine et en soie. Ce sont aussi les seuls à pouvoir arborer des bijoux en or, des bordures dorées, et des piliers de forme ronde dans leur maison. LesDzéka (le peuple) et les We (les domestiques) ne peuvent habiter que des maisons aux piliers carrés et porter des vêtements en lin. Ils doivent aussi porter des cols à leurs chemises.
Ces principes de distinction en font une société régie par des lois strictes où les castes, l’honneur et la politesse sont des fondements respectés.
La religion des Na est en réalité un mélange de leur propre religion,pratiqué par des prêtres appelés « daba », et le bouddhisme tibétain. Tout est basé sur des rites, eux même basés sur des récits oraux. On raconte que les anciens daba se seraient perdu en montagne, et mourant de fin, auraient faire cuire leur livre pour les manger. L’écriture aurait ainsi disparu, ne laissant plus que des mythes oraux. Les dabas se servent de chapeaux lamaïques et d’un petitbâton carré sur lequel sont gravés des dessins représentant les hommes, les femmes et les animaux.

Le concept de procréation chez les Na est assez loin de notre concept occidental. Pour eux, dans l’accouplement, le but de la femme est de faire des enfants, et celui de l’homme est à la fois de s’amuser et de faire acte de bienfaisance. A sa naissance l’enfant fait partie, automatiquement, du groupede sa mère. Les frères et sœurs travaillent, consomment et élèvent ensemble la descendance. Ils vivent ensemble toute leur vie. C’est un procédé exclusivement matrilinéaire. Dans la société Na, il est strictement interdit de s’accoupler pour les consanguins (cousin, petit cousin, neveu…). Ils racontent que « ceux qui mangent dans le même bol et la même assiette ne doivent pas s’accoupler ». Il n’ya donc pas d’inceste. Comment vivent-ils alors leur vie sexuelle?

Il existe 4 modalités de pratiques sexuelles: la visite furtive, la visite ostensible, la cohabitation non officielle, les cohabitation après le festin (proche de l’idée de mariage en occident). La modalité la plus pratiqué étant la visite furtive.
La visite furtive: C’est une rencontre galante à la dérobée ou une visitefurtive qui se déroule sans que la famille ne le sache. On appelle les gens qui ont se type de relation des « amants ». Une telle relation peut durer une nuits ou plusieurs, des semaines, des mois, voire des années. Les amants doivent être rentrés chez eux au chant du coq.
Les hommes et les femmes ont une égalité totale dans les contacts quotidiens, dans les villages… L’un comme l’autre pourra prendrel’initiative des avances. Que ce soit un homme ou une femme, il ou elle a le droit de refuser les avances et l’autre devra donc en rester là et ne pas insister. Il faut aussi préciser qu’il n’existe aucune jalousie entre partenaires. Dans le cas d’une naissance les enfants ne connaissent pas ou rarement leur pères.
La visite ostensible: La deuxième modalité peut se traduire par « visiteouverte ». Les autres membres féminins de la famille sont au courant de la venue du partenaire. Ce genre de relation est généralement la suite d’une ou de plusieurs visites furtives si les sentiments s’approfondissent. Les gens qui pratiquent se genre de relation sont appelés les « amis ». Lors du premier de ces rendez vous, l’homme apporte des cadeaux à la cheffe de famille. De pllus, ce sera...
tracking img