Les nanotechnologies

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2760 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
ESIEE MANAGEMENT

Micael MOREIRA

Histoire des Sciences et Techniques

Etude de texte sur les Nanotechnologies

Le Québec Nanotech : les discours publics en matière de nanotechnologie entre promotion et fascination

Sommaire

Introduction

I – Maitrise de l’infiniment petit
1) Les principaux précurseurs
2) La pluridisciplinarité des NST
3) Une rupture épistémologiqueII – Vers une hybridation nature/artifice

III – Nanofutur et Déterminisme technologique
1) Nanofutur
2) Déterminisme technologique

Conclusion

Introduction

[pic]

Les nanosciences et nanotechnologies (NST) peuvent être définies comme l'ensemble des études et des procédés de fabrication et de manipulation de structures, de dispositifs et de systèmes matériels à l'échelle dunanomètre (nm). Dans ce contexte, les nanosciences sont l’étude des phénomènes et de la manipulation de la matière aux échelles atomique, moléculaire et macromoléculaire, où les propriétés diffèrent sensiblement de celles qui prévalent à une plus grande échelle. Les nanotechnologies, quant à elles, concernent la conception, la caractérisation, la production et l’application de structures, dispositifset systèmes par le contrôle de la forme et de la taille à une échelle nanométrique (10-9m)
Depuis l’an 2000 le Québec à investie dans la R&D pour les NST. Le Pays s’est lancé pour objectif d’être le pays le plus avancées dans ce domaine. Gilbert Drouin, président-directeur général de Valorisation-Recherche Québec (VRQ) décide en 2001, d’investir 10 millions de dollars pour développer larecherche concertée dans le domaine des nanosciences et des nanotechnologies. Six universités— Université de Montréal, Université McGill, Université de Sherbrooke, École polytechnique de Montréal, INRS Énergie, matériaux et télécommunications, Université Laval— unissent dès lors leurs efforts pour définir des orientations de recherche, rassembler les chercheurs et combiner les expertises. C’estl’apparition d’un collectif Appelé Nanoquébec.
Céline Lafontaine nous présente à travers ce texte les enjeux et discussions tournant autour de la nanotechnologie au Québec
Nous exposeront notre analyse suivant trois axes. Tout d’abord, la maitrise de l’infiniment petit, puis l’hybridation nature/artifice et pour finir le déterminisme technologique.

I – Maitrise de l’infiniment petit

1) Lesprincipaux précurseurs

• Richard Phillips Feynman (11 mai 1918 - 15 février 1988)

Il est l'un des physiciens les plus influents de la seconde moitié du XXe siècle en raison notamment de ses travaux sur l'électrodynamique quantique relativiste, les quarks et l'hélium superfluide.
En 1959, à la conférence de l’Amercian Physical Association (Society), il lance l’idée selon Laquelle il estpossible de réorganiser les molécules et atomes au sein d’un corps Solide.

On lui vaut d’ailleurs citation qui aujourd’hui est devenue très célèbre "Pourquoi ne pourrions-nous pas écrire l'intégralité de l'Encyclopædia Britannica sur une tête d'épingle?"

• Kim Eric Drexler (né le 25 avril 1955 à Oakland en Californie)

C’est un ingénieur américain connu pour avoir popularisé lananotechnologie. c’est à la fin des années 1970, qu’il développe ses premiers concepts liés à la nanotechnologie dans son ouvrage Engines of Creation dans laquelle il expose le principe du « bottum up » (bas en haut).

Il fait une thèse de doctorat sur la nanotechnologie (la première dans ce domaine), est publiée en 1992 sous le nom de "Nanosystems: Molecular Machinery, Manufacturing and Computation". Cetouvrage reçoit le prix de la meilleure publication scientifique 1992 par l´Association of American Publishers.

• Jean-Pierre Dupuy (né le 20 février 1941),

Il fut polytechnicien et ingénieur des mines, professeur de français et chercheur au Centre d'Étude du Langage et de l'Information (C.S.L.I.) de l'université Stanford, en Californie. Il est aussi philosophe des sciences, et à...
tracking img