Les nfot

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1042 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La caractéristique principale des NFOT est de remettre en cause la double division du travail propre à l'organisation fordiste :
 Remise en cause de la division verticale : écrasement des lignes hiérarchiques et accroissement de l'autonomie.
 Remise en cause de la division horizontale : plus grande polyvalence et plus grande communication des salariés.

On distingue 3 types de dispositifsde NFOT :

 Type 1 : Ceux qui réduisent directement et uniquement la division verticale. C'est le raccourcissement des lignes hiérarchiques et la décentralisation des prises de décisions.
 Type 2 : Ceux qui réduisent à la fois la division verticale et horisontale. Plus d'autonomie et plus de polyvalence.
• Mise en place des normes de qualité - « Démarche Qualité Totale » : codification deprocédures qui permettent le suivi et le contrôle de la qualité des produits. Elle permet d'assurer une plus grand tracabilité des produits et donc de faire en sorte que les salariés s'en occupent par une plus grande autonomie et polyvalence.
• JAT - « Juste à temps » : Production sur commande avec stocks minimaux. Pouvoirs de décision donnés aux salariés qui sont en contact direct avec les clients. Type 3 : Ceux qui réduisent la divisino horizontale directement et uniquement.
• Réduction de poste.
• Identification de la communication entre les salariés : réunions d'atelier, groupes ou cercles de qualité, groupes de résolution de problème, groupes de projets, équipes autonomes de production.

Ce qu'on a appelé organisation du travail post-fordiste c'est une organisation du travailqui repose sur ces trois types de NFOT.

2) La diffusion des NFOT

Les NFOT sont difficiles à quantifier parce qu'il n'existe pas de comptabilité de l'organisation du travail contrairement à ce qui existe pour le capital physique ou aux investissements. On appelle ca souvent des actifs intangibles. Ce sont des actifs, mais ils sont invisibles. La seule solution est d'avoir recour à des enquetes(Survey) dans les entreprises.
Elles peuvent être nationales menées par l'Etat sur des échantillons réduits (3000 entreprises) représentatifs du secteur productif national, représentatifs de la structure par taille, représentatifs de la localisation géographique des entreprises, représentatifs de la structure sectorielle.
Elles peuvent être comparatives pour connaître la situationinternationale. Pour une enquête européenne, on a armonisé les questions et les échantillons pour différents pays.

Askenazig (98) – CAE : comparaison de la diffusion des NFOT France/USA. Pour les EU il a pris une enquete « survey »privée réalisée en 92 et 98. Pour la France, il a utilisé une enquete Réponse pilotée par le ministère du travail en 92 et 98. Dans les deux cas les informations portaient surun établissements de plus de 50 salariés.
 Aux USA : Il regarde les équipes autonome de production (type 3). En 92, la moitié des établissements (54%) ont au début des années 90 une équipe autonome de production. Pour ces 54%, la moitié disposant de ces équipes impliquent plus de la moitié de leur personnel dedans. Au cour des années, les NFOT continuent de se développer (type 1, 2, 3).
 EnFrance : A la même période, en 92, seulement 11% des établissements déclarent avoir une équipe autonome. En 98, la proportion est la même qu'aux USA en 92 soit plus de 50%. Les travaux de l'enquete Réponse montre 3 constats :
• Très forte progression des NFOT (type 1, 2, 3) au cour des année 90. Par exemple : Les groupes de projets était utilisés par 39% des établissements en 92, 63% en 98; Lesnormes ISO passent de 12% en 92 à 34% en 98.
• Stagnation des dispositifs de type 2 et 3 entre 98 et 2004 : phase de maturation.
• Reccul des dispositifs de type 1 entre 98 et 2004 : augmentation des lignes hiérarchiques dans les années 2000. Exemple : 78% des établissements en 98 disaient que les salariés réglaient eux-mêmes leurs incidents. En 2004 le chiffre est tombé à 50%.

Une étude de...
tracking img