Les nouveaux mouvements sociaux

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3229 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
BODIN Amaury Terminale ES
BODIN Maxime Année 2009-2010
JAGUENEAU Thibault Avril 2010

Sciences Economiques et Sociales

Les nouveaux mouvements sociaux

Dossier sur les minorités sexuellesProblématique :
De quelle manière la minorité homosexuelle est-elle parvenue à changer législativement son statut depuis les années 1970 ?

Plan :

Introduction

I. Emancipation progressive et évolution des mœurs (1970-1985)
II. Amplification du mouvement et avancée législative (1985-200)
III. Les nouveaux défis : vers une intégration totale ou vers un retour en arrière ?Conclusion











Campagne anti-homophobie dans l’enseignement supérieur lors de l’année scolaire 2009-2010

Introduction

Si Arthur Rimbaud ou Oscar Wilde avaient vécu pendant la seconde moitié du siècle dernier, il y aurait fort à parier que l’émancipation des homosexuels aurait décuplé leur inspiration débordante. Tous deux homosexuels et tous deux « persécutés »pour cela, il ne fait nul doute qu’ils auraient applaudi des deux mains la récente reconnaissance morale et juridique de la communauté homosexuelle. Dans les années 1970, celle-ci, naguère marginalisée et accusée de tous les maux, est en effet parvenue progressivement à faire entendre sa voix et à revendiquer haut et fort son droit à la différence, en France tout du moins. Les événements de mai1968 ont complètement décomplexé la minorité gay qui va cependant mettre du temps à convaincre une société française relativement conservatrice et de tradition catholique. L’Eglise va par ailleurs longtemps entraver l’émancipation homosexuelle, considérant que l’attirance pour une personne du même sexe est un péché, voire une folie et même un satanisme… Malgré cela, les homosexuels s’échinent àorganiser « marches de la fierté », manifestations, et commencent à gagner du terrain au sein du paysage associatif français. Les années 1980, où tout est permis pour ainsi dire (y compris les coupes de cheveux les plus extravagantes…), sont en effet marquées par la multiplication d’associations militantes homosexuelles, mais aussi et surtout par l’adoption de lois reconnaissant enfin l’homosexualitécomme une réalité sociale avec laquelle il va falloir désormais composer. Mais, bien plus encore que la dépénalisation de l’homosexualité (4 août 1982) ou les lois anti-homophobie (1985), l’adoption du PACS en 1999 constitue bien à ce jour le fait d’arme majeur de la communauté homosexuelle. Point d’orgue du militantisme, ce contrat offre alors de nouvelles perspectives aux successeurs de Rimbaudet Wilde, perspectives qui sont amenées à se concrétiser à condition que les gays ne soient pas tentés par un comportement rétrograde qui pourrait leur être préjudiciable. On parle maintenant de mariage, d’adoption alors que l’homosexualité était encore considérée il y a peu comme une maladie mentale… Simple volte-face ou réel changement social ?

I. Emancipation progressive et évolution desmœurs (1970-1985)
Au sortir de la seconde guerre mondiale, l’homosexualité est considérée comme un délit dans notre société. C’est pourquoi le militantisme homosexuel, qui désigne l'ensemble des mouvements et actions individuels ou collectifs qui cherchent à faire évoluer la perception sociale de l'homosexualité dans le but de la rendre acceptable au sein de notre société, a commencé à sefaire entendre. L’exclusion sociale dont étaient victimes les personnes homosexuelles ne pouvaient plus durer.
En France, la première grande action du militantisme homosexuel a lieu au début de l’année 1971. Le nouveau mouvement Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire (FHAR), dont Guy Hocquenghem est l'un des principaux animateurs, interrompt une tribune de radio, qui porte sur le thème :...
tracking img