Les nouvelles fabriques du consensus

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2502 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Bonjour a tous,
Aujourd’hui, je présenterai sur « Les nouvelles fabriques du consensus en France », c’est à dire, sur des dispositifs du délibération et participation citoyenne qui modifient la façon de concevoir et d’implémenter des reformes. Je m’excuse d’avance pour mes erreurs en français.
Dans un article de 1985, le politologue française University, Bernard Manin, affirme que : « Ladécision légitime n’est pas la volonté de tous, mais celle qui résulte de la délibération de tous : c’est le processus de formation des volontés qui confère sa légitimité aux résultats, non les volontés déjà formées ». La phrase de Manin montre la croissante valorisation du débat, de la discussion publique et de la participation dans une nouvelle conception de la gouvernance de l’état. Comme nousl’avons déjà vue dans les cas de le Danemark et dans le Québec, la consultation et la communication avec les électeurs joue un rôle clé dans la créations des reformes. Sans un message clair et directe, on peut faire perdre le dynamisme et le capitale politique nécessaire pour faire réussir des reformes. En reconnaissant cela, la France à encourage la création des organismes comme la Commission Nationaledu Débat Public (CNDP), les jurys des citoyens et plus récemment Les Grenelles de l’Insertion, pour générer des idées et du support autour des divers initiatives de l’état. Cependant, les nouveaux dispositifs du débat public sont loin d’êtres garants des reformes ou des créateurs du consensus.
La problématique posée, est de savoir ici si les nouvelles fabriques du consensus, ont changeeffectivement la façon de concevoir des reformes, ou si par contre, ils servent a légitimer un illusion de consultation publique.
I. L’institutionnalisation de la délibération dans la créations des reformes
a. Histoire et facteurs de l’émergence de dispositifs du débat publique
i. L’État Française : seul garant de l’intérêt général

Depuis la Révolution Française, il a été considère que lalégitimité de la loi n’est dérive pas seulement de son contenu, mais surtout de son mode d’élaboration. Le système de démocratie représentatif est adopte pour protéger cette légitimité, et l’état devient le garant de l'intérêt général, en fondant sa légitimité sur cette système. Il devient l’instrument de la volonté générale. Mais la figure de l’état a vu ses responsabilités augmenter, en passant d’un ÉtatGendarme, qui ne s'occupaient que de la justice de la police et de l'armée, à un État Providence, intervenant aussi dans les matières économiques et sociales.
Jusque dans les années 1970, il existait un consensus sur la légitimité absolue de l’état dans ces dernières domaine, mais le « Mai de 1968 » et des divers mouvements de contestation dans le monde et dans la France : étudiants opposés à laguerre, défenseurs de droits civiles et partisans de la protection de l’environnement, ont mise en question le rôle de l’état comme le seul garant des politiques publiques. Faibles contrôles sur les délègues, une fois qu’ils ont été élue, problèmes sociaux récurrentes comme le chômage, la précarité d’emploi et un monde politique manquant profondément de diversité et de renouvellement, ont produitun véritable crise dans système représentatif. Dans beaucoup des démocraties occidentales, la conjugaison de ces différents phénomènes a conduit à la création de nouvelles procédures de décision publiques.
i. Conception de la démocratie délibérative
Pour surmonter cette crise de représentation, les politiciens mêmes vont promouvoir des initiatives de participation citoyenne. Au début desannées 1980 ont été institués un certain nombre de dispositifs de participation visant à impliquer les citoyens dans le débat politique et à rendre l´information sur les opérations d´aménagement accessible à tous. La loi Bouchardeau du 12 juillet 1983, a marqué une grande avancée dans matière du consultation, en fixant pour objectif "d’informer le public, de recueillir ses appréciations,...
tracking img