Les nuer

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2921 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Braun Lundi 16 mai 2011
Camille
3ème bac Sociologie-Anthropologie ULg

Approches du terrain : Analyse critique d’un ouvrage.

« Les Nuer » d’E. E. Evans-Pritchard.

Professeur : E. Razy.

Année scolaire 2010-2011

Le livre que je vais vous présenter ici, « LesNuer » D’E. E. Evans-Pritchard, est un ouvrage essentiel dans l’anthropologie sociale des années 40-50. Pritchard marque un tournant dans l’anthropologie en rompant avec le positivisme et en montrant l’importance de l’historicité des faits sociaux.

Dans un premier temps, nous allons contextualiser l’auteur et l’ouvrage, ensuite je vous présenterez l’ouvrage d’une manière assez générale, en lesituant dans un courant de l’anthropologie et en s’intéressant la problématique soulevée par l’auteur. Enfin nous terminerons par l’analyse d’un chapitre, à savoir « le système des lignages ».

1. Contextualisation : (l’auteur (qui est-il ? quelle est sa formation ? Appartient-il à un courant spécifique ?) ; l’ouvrage (l’époque, le contexte intellectuel et politique, la place de l’ouvragedans l’oeuvre de l’auteur et dans l’anthropologie en général)

1. L’auteur :

Fils d’un révérant, E. E. Evans-Pritchard nait en 1902 à Sussex (Londres). Il fit un doctorat en anthropologie à la « London School of Economic » en tant qu’élève de Bronislav Malinowski qui lui enseignât le courant fonctionnaliste et avec lequel il n’entretenait pas de très bonnes relations. Sa premièrerecherche fût chez les Azande du Soudan et du Congo de 1926 à 1932. Entre 1935 et 1938 il fit d’autres terrains dont l’ouvrage dont va parler ici : Les Nuer, et d’autres peuples nilotiques de Soudan du Sud. Lors de ces terrains en Afrique il fût réquisitionné pour partir à l’armée durant la seconde guerre mondiale. Pritchard est un homme de terrain, et il publie de nombreux ouvrages de ses différentsvoyages.

En 1939 il épouse Ioma Nicholls avec laquelle il aura cinq enfants, en 1944 il se convertit au catholicisme, ce qui aura peut être influencé ses tentatives de concilier les sciences-sociales et la foi religieuse. Et en 1946 il est appelé pour remplacer Radcliffe-Brown en tant que professeur d’anthropologie sociale à l’université d’Oxford où il demeura jusqu'à sa mort en 1973. S’ilprolonge en certains points l’approche de Radcliffe-Brown, qui rappelons-le est l’une des figures les plus importantes et influentes du fonctionnalisme britannique, il va également prendre des distances très nettes avec celui-ci. Il suit par contre l’influence de Taylor et Frazer.

En 1950, E. E. Evans-Pritchard est amené à donner la Marett Lecture. C’est là qu’il va clairement rompreavec le positivisme et le structuro-fonctionnalisme pour passer à une approche plus compréhensive de la connaissance, à l’interprétation des faits sociaux et leurs significations. Il prône que la structure d’une société est totalement inconsciente et met plus en relation des groupes que les individus eux-mêmes.

Pour lui, il est impossible de tirer des lois du social, il faut donc replacerles faits sociaux ans l’histoire pour mieux les comprendre. Il souhaitait alors rapprocher l’ethnologie et l’histoire d’un point de vue épistémologique, selon lequel il fallait prendre l’histoire comme modèle et préférer l’interprétation à l’explication. Et d’un point de vue anthropologiques dans lequel il fallait inclure une dimension diachronique et ne plus se contenter de comptes-rendussynchroniques. Mais ce souhait de rapprocher l’ethnologie et l’histoire, il ne l’a jamais réalisé. Il s’est attaché également à définir l’anthropologie comme un art.

2. L’ouvrage :

E. E. Evans-Pritchard écrit les Nuer suite à la demande du gouvernement du Soudan anglo-saxon en 1940. Cet ouvrage s’inscrit dans une trilogie qui comporte : The Nuer (1940), Kinship and marriage among the Nuer...
tracking img