Les objets dans fin de partie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1319 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Terminale L Beckett, Fin de partie Dissertation

Étudiez le rôle et la signification des objets dans Fin de partie.

L'une des caractéristiques du théâtre de l'époque où Beckett écrit Fin de partie c'est l'utilisation de plus en plus importante des objets. Les chaises (1951) de Ionesco, par exemple, est encombrée par toute sorte d'objets hétéroclites; et comme sont titresl’indique de chaises qui envahissent l’espace scénique. Si l'auteur de Fin de partie ne va pas aussi loin, il donne néanmoins aux objets un importance qu'ils n'avaient pas dans le théâtre traditionnel et leur fait jouer un rôle non négligeable bien que paradoxal comme on va le voir.

I. Des objets comme dans un monde « normal »

I.1. Un semblant de normalité
Au sein d'un monde oùtoute vie semble avoir disparu, où les choses elles-mêmes se dégradent irrémédiablement, le «refuge» qu'occupent les quatre personnages fait figure de lieu de survie. Certes, l'intérieur «sans meubles», comme le précise la première didascalie, n'a rien d'accueillant; mais il reste, malgré tout, un escabeau et une lunette pour observer le paysage, une burette pour graisser les roulettes du fauteuil deHamm, des biscuits pour se nourrir, un chien en peluche pour se distraire, un réveil pour savoir l'heure qu'il est, un sifflet pour appeler, de la poudre pour lutter contre les morpions et des poubelles pour se débarrasser de ses détritus: bref, toute une série d'accessoires qui, à défaut d'assurer une vie confortable, ont au moins le mérite de rassurer en rappelant le monde d'autrefois.I.2. Combler le vide
À Clov qui «commence à ramasser les objets par terre» (p. 76) pour mettre de l'ordre (sans qu'on sache exactement de quels objets il est question), Hamm ordonne de «laisser tomber», comme si la présence, même encombrante, d'objets disparates leur était absolument nécessaire. Car les objets ont un mérite; ils les aident à supporter leur condition en leur donnant uneraison de vivre, en répondant à leur besoin d'agir et en leur offrant des sujets de discussion.

I.3. Créer du lien
Ainsi les multiples va-et-vient de Clov s'expliquent la plupart du temps par la nécessité d'aller chercher à la cuisine les objets que Hamm lui réclame, souvent par caprice d'ailleurs. Et s'il le fait, de mauvaise grâce souvent, c'est pour maintenir un lien avec sonmaître, même s'il s'agit, d'un lien de subordination:
HAMM. - Va me chercher la gaffe.
Clov va à la porte, s'arrête.
CLov. - Fais ceci, fois cela, et je le fais. Je ne refuse jamais. Pourquoi?
HAMM. - Tu ne peux pas. [ ... ]. (Clov sort.) Ah les gens, les gens, il faut tout leur expliquer.
Entre Clav, la gaffe à la main.
CLov. - Voilà ta gaffe. Avale-la. (p. 59)
NB : une gaffe est une perche munied’un croc et d’une pointe pour manœuvrer une embarcation ou accrocher le poisson.
Car les objets, en dépit des motifs d'affrontement qu'ils engendrent, ont aussi le mérite de nourrir la conversation. Qu'auraient à se dire Hamm et Clov, s'il n'y avait pas la gaffe à apporter, l'escabeau et la lunette à placer sous les fenêtres, le fauteuil à déplacer, le chien en peluche à « dresser» ? ...Dans le vide de l'espace et du temps auxquels ces personnages sont désormais confrontés, les accessoires servent donc d'abord de divertissement au sens pascalien.

II. La force comique des objets : l’humour noir

II. 1. Des objets décalés
Mais ils sont aussi, pour l'auteur, objets de dérision dans la mesure où ils manifestent ce que l'absurdité des êtres et du monde peut avoir derisible. Beckett, non sans humour, s'applique ainsi à mettre en évidence, dans la pièce, le décalage fréquent entre la fonction de l'objet, sa destination, et l'usage que les personnages en font. Le mouchoir ensanglanté de Hamm, par exemple, lui sert à essuyer ses lunettes noires d'aveugle, les poubelles contiennent des êtres humains et le réveil, loin de donner l'heure, est requis pour...
tracking img