Les officiers

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (336 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction :

- « Cette vénalité [des charges] est bonne dans un État monarchique, parce qu'elle fait faire comme un métier de famille ce qu'on ne voudrait pas entreprendre pour la vertu. »,disait Montesquieu.
- Cardin Le Bret est un juriste français du XVIème – XVIIème siècle. Il est né en 1558 et est mort en 1655. C’est aussi seigneur de Flacourt. Il fut avocat général au Parlementde Paris, en 1604. Sous le règne de Louis XIII le Juste, Le Bret occupa plusieurs postes très « gradés », il fut intendant de trois évêchés : Metz, Toul mais aussi Verdun, en 1625. Il écrit, en1632, le traité de la souveraineté du roi et une année plus tard, il présida, en 1633, en tant que premier président du Parlement de Lorraine. Cardin Le Bret siégea comme du Conseil du roi dontil était le doyen. Il était Jean Bodin et Charles Loyseau un des penseurs majeurs qui prônent l'absolutisme.
- Le document présenté, ici, est un extrait tiré du « Traité de la souveraineté duroi » , du livre II, chapitre 8. Dans cet œuvre, il y définit la souveraineté ainsi que les caractères primordiaux de celle-ci. Mais, dans cet extrait sur la vénalité des offices, qui est système quidébuta avec le roi Louis XII, dans lequel les fonctions et charges sont attribuées par le biais de paiement, ce que l’on peut donc définir comme la vente de postes concernant l’administration, estvivement critiqué par l’auteur qui nous démontre les dangers de cette pratique sur l’absolutisme et la monarchie.
- Quelles sont les conséquences qui découlent de cette vénalité des offices sur lepouvoir monarchique et sur les institutions elles-mêmes ? Nous verrons d’abord ce qu’est la vénalité puis ces conséquences sur le pouvoir et ses offices.

Plan :

I La vénalité des offices,privilège ou mérite
A- La notion de vénalité
B- La mise en œuvre

II- Les conséquences de la vénalité
A- Les conséquences sur le pouvoir monarchique
B- Les conséquences sur les...