Les origines de la crise selon les classiques et marx

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2071 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LAOUAR Inès
L1 Economie et Gestion
Groupe B7

ANALYSE ECONOMIQUE DISSERTATION

Le courant classique est le contemporain de la révolution industrielle et de l’essor du capitalisme (fin XVIIIème siècle - début XIXème siècle). Les économies classiques sont les fondateurs de l’économie politique ayant pour domaine d’étude l’ensemble des activités qui concourent à la production, à lacirculation et à la répartition des richesses naturelles. Les fondateurs de ce courant sont : Adam SMITH (1723-1790), David RICARDO (1772-1823), Jean-Baptiste SAY (1767-1832) et Thomas Robert MALTHUS (1766-1834) dont les œuvres s’étalent sur prés d’un demi siècle et marquent profondément successeurs et critiques, Karl MARX (1818-1883) en particulier. Le terme d’économie politique classique a été forgé parMARX pour désigner « par opposition à l’économie vulgaire qui se contente aux apparences ». Une crise économique et sociale mettra en lumières les différences de perceptions entre MARX et les classiques, sur l’origine de celle-ci. A l’aide de nos connaissances et de documents, nous allons essayer de répondre à la problématique suivante : « les origines de la crise selon les classiques et MARX ».Pour cela notre développement se composera de deux grandes parties distinctes. La première parties aura pour titre : les deux grands traits de la crise du capitalisme pour MARX et la seconde partie aura pour titre : les origines de la crise selon les classiques.

I/ Les trois grands traits de la crise du capitalisme chez MARX

Tout d’abord, nous allons expliquer les grandes idées que défendMARX sur l’économie. La production marxiste se caractérise par la processus Argent-Marchandise-Argent (AMA) qui caractérise l’aspect d’exploitation du travailleur par le capitaliste. Pour MARX, le mode de production capitaliste (MPC) est le dernier mode de production avant que n’apparaisse la société communiste caractérisé pas l’absence de classe. De plus, la baisse tendancielle du taux de profit etla crise capitaliste est dût à la concurrence. Cette concurrence conduit le capitalisme à des crises. Le capitalisme est donc un système condamné à disparaître. Dans le MPC, la classe capitaliste, ne cherchant que le profit, transforme la plus-values en capital nouveau et accumule ainsi des moyens de production supplémentaire. Ces nouveau moyens lui permettent d’extorquer d’avantage de plus-valuequi est capitalisé. L’accumulation est possible grâce au progrès technique. Le rôle de ce dernier est centrale dans l’analyse marxiste. Le salaire tend vers son minimal, non pas à cause des lois démographiques, mais parce qu’il existe un chômage latent en augmentation. Ce chômage provient du fait que le capitaliste, en cherchant à augmenter son profit, substitue toujours plus de capital autravail. Ce comportement conduit à une crise, car il ya une baisse tendancielle du taux de profit (crise économique) et chômage (crise sociale). De plus, ce comportement amène une crise des débouchés. Nous allons donc expliquer les conséquences de cette crise : le baisse tendancielle du taux de profit, le chômage et la crise des débouchés.

(1) première conséquence : la baisse tendancielle du taux deprofit

MARX développe donc que l’économie capitaliste est vouée à l’échec à cause de ses contradiction interne, notamment par la baisse tendancielle du taux de profit. Cette baisse tendancielle du taux de profit s’explique par une suite de mécanisme simple. Premièrement, ce qui donne sa valeur à une production, c’est le travail. Pour MARX, à la suite de RICARDO, la valeur d’un produit reposesur le travail utilisé pour sa production. Deuxièment, la production est réalisée par du travail, qui est le capital variable en terme marxiste, et le capital (capital constant qui désigne les machines, les matières premières et l’énergie). L’évolution économique veut que les capitalistes aient de plus en plus besoin de capital constant pour produire. Il faut donc de plus en plus de capital pour...
tracking img