Les ouvriers constituent ils

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (614 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
A BREST , LA POLICIE A LA NOCE Le 04 Janvier 2010-01-09 article du Télégramme

Un «mariage marocain» fêté en grande pompe jusque dans le centre-ville de Brest, qui déborde et prend les forcesde l'ordre de court. Et c'est l'orgueil et la crédibilité de la police qui en prennent un sérieux coup.
[pic][pic]
C'est LE sujet dont tout le monde parlait à Brest ces derniers mois. Un joyeux etbruyant «mariage marocain» dans les rues du centre-ville qui reste en travers de la gorge de nombreux policiers et responsables de la sécurité publique. Le samedi 3octobre, en plein après-midi, desdizaines de voitures, moteurs et avertisseurs hurlants, musique à plein volume, drapeaux au vent (lire ci-contre la proposition UMP), investissent la rue Jean-Jaurès, principale artère commerçante de laville. Pas n'importe quelles voitures: Porsche limousine avec chauffeur pour les mariés, limousine classique, Ferrari, Aston Martin, Lamborghini, BMW, Audi R8, Mercedes AMG pour une partie desinvités.

La police... en escorte !

Des véhicules grimpent sur les trottoirs. D'autres déboulent à contresens sur les ronds-points. Tous empruntent les deux lignes de circulation de la rue Jean-Jaurès.L'hyper centre-ville est rapidement paralysé, contraignant la police à... «escorter» le cortège, sous les yeux médusés des nombreux passants. «On les avait là», résume un policier «écoeuré». D'autantque certaines têtes qui s'exhibent par les fenêtres des luxueuses voitures sont bien connues des forces de police. «Des voitures comme ça, personne ne peut se les payer. Même en location, commec'était le cas... Mais on ne pouvait rien faire. Ils étaient plusieurs centaines. Nous, pas, et il y avait beaucoup de monde dans les rues...». «Ce qui s'est produit est inadmissible, s'étrangle unresponsable de la sécurité publique. En plus, des vidéos immortalisant ces scènes ont été mises en ligne sur internet!». «On n'a pas fait ça pour provoquer la police. C'était la fête et la frime, c'est...
tracking img