Les ouvriers de france

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 22 (5470 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
-1Chapitre 3: Dans la « névrose de fin siècle »

Introduction: C’est la fin du 19ème siècle qui voit apparaitre l’expansion du monde ouvrier notamment avec le recul de la Polyvalence et la mobilité des travailleurs. C’est un monde qui se caractérise nous allons le voir par la suite par une population qui utilise des techniques de plus en plus moderne et un système qui se veut dereprésentation collective. 
Le soulèvement de cette nouvelle classe sociale est la plus forte lors des décennies 1890-1910 entrainant avec elle un profond désarroi des classes dirigeantes . C’est la conséquence de ce qu’appellera Emile Durkheim « la mélancolie collective ».

1_La grande dépression

La crise économique:

1873 : C’est le début d’une crise économique majeur du 19ème siècle qui vaentrainer une baisse des prix des produits en générale Elle se manifeste par un ralentissement de la production agricole .Le fait que en parallèle les prix baissaient le pouvoir d’achat des paysans s’est affaiblit .C’est le phénomène déclencheur des mutations ,qui va entrainer la perte du monde paysan et l’essor du monde ouvrier , qui apparaissent sous le second empire. On estime la fin de cettecrise économique vers 1896.
1890: Le voies ferrés se terminent et L’harmonisation du pays est achevée .François Caron : « c’est seulement alors que les chemins de fers déterminèrent la formation d’un véritable marché nationale comme on fait foi de l’intensification des échanges inter -réseaux » .Le réseaux de voies ferrés en étoile particulier à la France a permis d’accentuerles échanges commerciaux .Pour la première fois on observait une homogénéisation du pays.
Le paysan pauvre s’adapte à la nouvelle économie française et se transforme peu à peu en un ouvrier qui subsiste grâce au travail industriel. L’ouverture au monde oblige la France à se munir davantage de main-d’œuvre pour contrer la concurrence étrangère qui de son coté produit sur de plus grand terrainset de façons beaucoup plus mécanisés. La production étrangère apparait comme beaucoup plus rentable et de ce fait les prix baissent .La crise du phylloxera affaiblit définitivement l’agriculture française sans parler des châtaigniers et des muriers qui sont également touchés par les maladies. C’est les traités de libre échanges avec l’Angleterre qui fait rompre l’industrie rurale.1870: Le tissage rurale chute radicalement , à Reims après 1876 c’est 41 établissements de tissage manuel disparaissent et plus de 300 tisseurs doivent se reconvertir .Ce sont tous les métiers à tisser non mécanique s’effondre .On parle notamment de la soyeuse de Lyon ou encore la ganterie grenobloise .En plus du textile c’est plusieurs autre secteurs qui ne peuvent plus lutter contre laconcurrence étrangère:
* le travail à domicile : l’armurerie stéphanoise peine à lutter contre les produits manufacturés en provenance de Belgique vendus 85 francs contre 130 francs à Saint-Etienne .
*la métallurgie traditionnelle : se sent impuissant face au grand usine de métallurgiques du nord et de l’est. L’activité métallurgique disparait dans certaines régions comme laDordogne .
1875-1895: Un mouvement de désindustrialisation au sud de la France comme en Ardèche ;au Languedoc ;ou encore dans le sud ouest .L’industrie française se sépare de la production traditionnelle et la crise du monde paysan engendre l’épanouissement de la classe ouvrière. L’artisanat apparait comme beaucoup trop cher et de moins bonne qualité par rapport au produitmanufacturés qui entre temps on inondés les campagnes françaises .La grande dépression des années 80 amène ,en raison de la baisse des prix ,le marché à s’étendre et plutôt que de fabriquer des produits de luxes les artisans se tournent vers une certaine consommation de masse où les produits finis sont de moins bonne qualités.
Par ailleurs alors que la France ne se gêne pas pour ouvrir ces portes au...
tracking img