Les pacifistes en france de 1914 a 1939

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4631 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LES PACIFISTES EN FRANCE DE 1914 A 1939

INTRODUCTION
On assiste en France à une acmé du sentiment pacifiste durant l’entre deux-guerres, paradoxe soutenu par Raymond Aron, selon qui le pacifisme n’existe qu’en temps de guerre. Toutefois, le pacifisme n’a-t-il pas subit un véritable échec, n’empêchant pas la Seconde Guerre Mondiale et malgré un véritable engouement ? La première GuerreMondiale dresse une opposition entre pacifisme radical, mené par Gustave Hervé et le mouvement syndical de la CGT, et défense nationale à tout prix, soutenue notamment par Victor Basch, le vice président de la ligue des Droits de l’Homme, qui parle même de « guerre sainte ». Mais les français au lendemain de la guerre sont violemment marqué par les combats et les conflits, chez eux naît alors une volontéet un désir de paix profonds : la Première Guerre Mondiale reste un traumatisme. Ce pacifisme repose sur les sensibilités et les remords d’après guerre, ainsi, bien que la volonté de paix soit générale, l’on n’observe pas d’homogénéité parmi les pacifistes. Il n’y a pas de pacifisme mais des pacifistes. (On observe toutefois deux mouvements d’opinion, deux attitudes dominantes : une action enfaveur de la paix et un refus radical de toute guerre quelle qu’elle soit.) Au lendemain de la première Guerre Mondiale, peut-on alors parler d’un mouvement pacifiste répondant à l’idéal de paix ?

1. UNE VOLONTE COLLECTIVE DE PAIX : LE TRAUMATISME DE LA GUERRE :
A Une tradition ancienne ancrée à gauche …
( un thème de la gauche internationaliste
Le pacifisme se développe dans les milieuxouvriers et le mouvement ouvrier constitue le fer de lance du pacifisme à la veille de la seconde guerre mondiale. La CGT et une partie du PS menée par Gustave Hervé déploient un pacifisme radical (antimilitarisme et antipatriotisme) qui préconise le sabotage de la mobilisation et la substitution à la guerre étrangère d’une guerre civile révolutionnaire. Cependant, la majorité des socialistes ne serangent pas derrière ce mouvement aux positions extrémistes. Deux figures s’imposent et concentrent les attentes : Guesde et Jaurès. Le premier pense que rien ne peut empêcher la guerre tant que le régime capitaliste règne et le sabotage de la mobilisation ne peut que conduire le socialisme à sa perte. Jaurès préconise une action concertée des mouvements ouvriers des divers pays. Il formalisele pacifisme : son idée : les nations doivent mener une politique de paix. Ces thèses Jauresiennes sont développées dans l’Internationale. Ses militants condamnent les patriotes intransigeants et utilisent tous les moyens pour défendre la paix.

* l’internationale communiste dans la lutte pour la paix
Peu à peu, un mécontentement se fait sentir dans le monde ouvrier. Comme l’Internationale,Jaurès adhère à l’idée selon laquelle le capitalisme est l’une des source de la guerre. Maurice Agulhon dans le premier tome de La république souligne e caractère : « solidaire des socialistes russes, il trouvait le régime tsariste détestable et s’indignait que la France officielle en fît au contraire l’un des piliers de son système ». Ceci explique pourquoi les dernières années de la lutte deJaurès pour la Paix ont une teinte révolutionnaire et internationale. Des mouvements de grèves voient le jour en 1917 relayés pas une campagne contre l’occupation de la Ruhr, un appui aux autonomistes d’Alsace-Lorraine ou encore une propagande antimilitariste. Cependant, pour Jaurès, seul la grève générale par-dessus les frontières pourrait retenir les armées. C’est cette lutte qui devait échoueravec sa mort, un mois après Sarajevo. La France profonde allait donc rentrer en guerre.

* une propagande socialiste en faveur de la paix
La paix est la priorité des militants. Le PS revendique la paix comme partie intégrante de son héritage idéologique. En temps de guerre  plusieurs événements majeurs voient le jours:

Le congrès de Zimmerwald en 1915 : Du 5 au 8 septembre 1915 a eu lieu...
tracking img