Les paysans allemands au xvie siècle

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1766 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction

La Guerre de Trente Ans est un conflit religieux qui déchira l'Europe, plus particulièrement le Saint Empire Romain Germanique, entre protestants et catholiques de 1618 à 1648. Cette guerre mobilisa alors les plus grandes puissances de l'époque, et dans le chaos le plus total, les petites gens essayèrent tant bien que mal de survivre dans cet environnement hostile. Hans JakobChristoffel von Grimmelshausen, dans son roman Les Aventures de Simplicius Simplissimus, particulièrement les chapitres II à VI, dépeint en filigrane le mode de vie des paysans allemands au début de l'époque moderne à travers les tribulation du personnage éponyme. Ces gens vivent dans un monde en mouvance constante qu'ils peinent à comprendre[1]. Basée sur une foi indubitable en Dieu, leur existenceest justifiée par la religion chrétienne, et leur environnent, tout en étant parsemé de dangers omniprésents, commence à se développer économiquement.

Publié en 1668, cet ouvrage possède un certain caractère autobiographique, puisque l'auteur fut un contemporain de la Guerre de Trente Ans et vécu ses premières années près de la chaîne de montagne du Spessart, en Hesse, tout comme le personnageprincipal de son livre. Né en 1621, soit trois ans après le commencement d'un des conflits les plus dévastateurs de l'histoire de l'Europe, Grimmelshausen passa une partie de sa vie comme soldat impérial avant de devenir secrétaire du régiment de Schoenberg, puis d'y devenir le bailli. Il mourut en 1676 en tant que magistrat de la petite ville de Renchen. Il publia anonymement ses premiers romansdans la quarantaine, et obtint un vif succès avec Les Aventures de Simplicius Simplissimus[2]. Phare du mouvement littéraire baroque, qui promut le développement de l'imaginaire, il est considéré comme un des grands romans du XVIIe siècle[3].

Un monde de dangers

Dans l'Europe du XVIIe siècle, il existe une fragilité physique et psychologique certaine. En effet, l'environnement est trèshostile à la survie des paysans et est un véhicule de nombreux dangers à leur survie, tels des attaques de prédateurs sur leurs troupeaux. Les attaques de loups forment une menace considérable à la fois pour les bergers que pour leurs troupeaux, ce que le père de Simplex n'hésite pas à lui faire remarquer dans le chapitre II (p. 43). Le bétail constituant une source de revenu et de nourritureconsidérable, il est primordial de protéger son troupeau.

De plus, l'espace géographique constitue un danger en soi, les hameaux européens pouvant être très disparates, en opposition aux milieux urbains, établis proches les uns des autres. Du fait de sa disposition à proximité de la chaîne de montagnes du Spessart, Simplex lui-même avait la certitude que sa maison et sa famille étaient « seuls aumonde » avant l'arrivé des soldats (p. 55). Lors de sa fuite, Simplex arrive de peine et de misère a retrouver son chemin, passant « la nuit en allés et venues d'un arbre à l'autre » (p. 63).Cette méconnaissance de l'environnement direct peut avoir des répercutions importantes sur la sécurité des paysans, dans un monde on l'on doit sa place, incluant sa position géographique, à la volonté de Dieu.Près de sept millions de personnes habitant le Saint Empire trouvèrent la mort lors de la guerre de Trente Ans, comme résultat des bataille entres forces catholiques et protestantes[4]. Cependant, un grand nombre de victimes de la guerre fut constitué de villageois et de paysans, massacrés par des contingents de soldats, de toutes allégeances, tentant eux-même de survivre aux conditionsabominables du conflit. Les soldats forçaient les paysans à leur donner de quoi manger et se loger. Un refus de la part du paysan entraînait divers châtiments: viols, torture, meurtres, ainsi que la destruction des terres, habitations et bétail. Ceux qui avaient la chance de survivre devaient servir leurs envahisseurs en s'occupant de leur chevaux, comme Simplex. Certains, comme un des valets de ferme...