Les perses

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 23 (5621 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les Perses



LE CHŒUR DES VIEILLARDS. Voici ce qu'on nomme les fidèles, gardiens de ces riches demeures abondantes en or, les autres Perses étant partis pour la terre de Hellas. Le roi Xerxès, né de Daréios, les a choisis lui-même, à cause de leur vieillesse, pour veiller sur le royaume. Mais déjà notre esprit est grandement troublé dans notre poitrine par de mauvais pressentiments, ensongeant au retour du roi et de cette armée éclatante d'or. Certes, toute la vigueur, née dans l'Asia, s'en est allée ; et l'Asia triste regrette sa jeunesse ; et aucun messager, aucun cavalier ne revient dans la ville royale des Perses. Les Souziens, les Ekbataniens, et les habitants de la vieille citadelle de Kissia sont partis, les uns sur des chevaux les autres sur des nefs, et d'autres à pied,épaisse foule guerrière. Tels sont partis Amistrès, et Artaphrénès, et Mégabazès, et Astaspès, chefs des Perses, rois soumis au grand roi, qui commandent les troupes innombrables, habiles archers, illustres cavaliers, à l'aspect terrible, et redoutables par leur intrépidité dans le combat ; Puis, Artembarès qui combat sur son char, et Masistrès, et l'excellent archer Imaios, et Pharandakès, etSôsthanès, le conducteur de chevaux. Le Néilos grand et fécondant en a envoyé d'autres : Sousiskanès, Pègastagôn l'Aigyptien, et le grand Arsamès chef de la sainte Memphis, et Ariomardos qui gouverne l'antique Thèba, et les habitants des marais, terribles et innombrables rameurs. Puis est venue la multitude des Lydiens voluptueux, toute la race qui habite le continent, ceux que commandent Mètragathès etle brave Arcteus, chefs royaux, et que Sardès qui abonde en or envoie sur des chars sans nombre attelés de quatre ou de six chevaux, spectacle terrible. Ceux qui habitent le Tmôlos sacré, Mardôn, Tharybis, et les Mysiens armés de piques, menacent de mettre au cou de Hellas le joug de la servitude. Babylôn riche en or envoie ses peuples confusément mêlés, qui se ruent impétueusement, marins ethabiles archers ; et ainsi toute l'Asia, armée de l'épée, marche sous le commandement terrible du roi. Telle, la fleur des hommes a quitté la terre Persique ; et toute l'Asia qui les a nourris se lamente dans son regret amer ; et les mères et les épouses, pleines d'angoisses, comptent longuement les jours.

Strophe I. Déjà la royale armée, dévastatrice des villes, a passé sur la terre opposée. Al'aide de nefs liées par des cordes, elle a passé le détroit de l'Athamantide Hellè, ayant mis sur le cou de la mer cette route fixée par mille clous.

Antistrophe I. Le chef belliqueux de la populeuse Asia pousse sur tout le pays de Hellas son immense armée, divisée en troupes de terre, en marins, appuyé par des chefs fermes et redoutables, tel qu'un dieu, et issu de la pluie d'or.

StropheII. Ayant l'œil sombre et sanglant du dragon, il pousse devant lui une innombrable multitude de bras et de nefs, et, monté sur son char Syrien, il porte, aux guerriers illustres par la lance Arès, le puissant archer.

Antistrophe II. Certes, aucun héros ne soutiendra le choc de cet immense torrent de guerriers et n'arrêtera, à l'aide de barrières assez solides, l'irrésistible assaut de cettemer. Certes, l'armée et le peuple belliqueux des Perses sont invincibles. Épôde. Mais quel mortel peut échapper aux embûches rusées d'un dieu ? Qui peut y échapper en bondissant d'un pied assez léger ? Caressante d'abord, la fortune attire l'homme dans ses rets, et il ne lui est plus permis d'en sortir.

Strophe III. Depuis longtemps une nécessité inévitable s'est manifestée parmi nous par lavolonté des dieux, et c'est elle qui pousse les Perses à l'assaut des murailles, aux mêlées des cavaliers qui se réjouissent du combat et au renversement des villes.

Antistrophe III. Ils ont appris à regarder la forêt de la mer large qui blanchit sous le souffle véhément de la tempête, confiants dans les câbles légers et les nefs qui transportent la foule des hommes.

Strophe IV. C'est...
tracking img