Les personnages dans marianne

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1814 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les personnages dans “les Caprices de Marianne”
Le portrait de Marianne
On découvre Marianne par divers moyens. D'une part les autres personnages font des commentaires sur elle, tels Ciuta, son époux, Octave ou Coelio : positive ou négative, cette image est toujours partielle, et ne rend pas compte de la complexité de cette héroïne. D'autre part, elle se livre dans les conversations, etnotamment lors des rencontres avec Octave, qui permettent de mesurer son évolution progressive.  
UNE FEMME REVÊCHE ET PUDIBONDE
La pièce s'ouvre sur cette image, un rejet catégorique de Marianne à Ciuta, l'entremetteuse, qui vient lui parler au nom de Coelio : “s'il a l'audace de me faire entendre une seconde fois un pareil langage, j'en avertirai mon mari.” Son ton n'est guère aimable, et celaressort à travers le jugement de Ciuta : “plus dévote et plus orgueilleuse que jamais”. Dans la première scène, Coelio explique lui-même son échec à Octave, souligné par la double négation antéposée : “Jamais elle n'a paru à sa fenêtre; jamais elle n'est venue appuyer son front charmant sur la jalousie”. Ses courtes phrases semblent reproduire le ton même de Marianne : “Elle sort du couvent ; elle aimeson mari, et respecte ses devoirs. Sa porte est fermée à tous les jeunes gens de la ville, et personne ne peut l'approcher.” Ce jugement sévère l'est encore plus à travers le lexique péjoratif qu'emploie Octave : ”c'est une mince poupée qui marmotte des ave sans fin”, repris par “Marianne est une bégueule”. Marianne va du reste mettre sa menace à exécution, à la fin de la scène 3 de l'acte I, surun ton particulièrement sec : “Trouvez bon que ni lui ni Octave ne mette les pieds dans cette maison.” En confirmant les soupçons de celui-ci, elle est donc directement responsable du drame qui se produira.
Cependant on peut s'interroger sur la force mise dans ce refus : ne serait-ce pas, en réalité, un moyen de se protéger contre toute tentation ?
 [pic]  [pic]En fait Marianne a construit savie en arborant deux masques, qui sont pour elle une protection.
Le premier est le masque de la religion : dans toutes les scènes on la voit aller à la messe ou en revenir. Elle forme pour elle, en raison de son éducation au couvent, un rempart en lui rappelant ce que doit être une honnête femme. Tout cela va se trouver balayé dans la scène 5 de l'acte II, puisqu'elle donner rendez-vous à Octaveprécisément “dans un confessionnal de l'église”.
[pic]    Le second est le masque du mariage. Pour affirmer son refus, elle a besoin, à chaque fois, de rappeler la présence de son mari, comme s'il constituait un rempart, lui aussi. Pourtant nous apercevons des failles, par exemple face à Octave le décalage dans le dialogue révèle son besoin de se justifier : “MARIANNE. - […] j'aime Claudio, votrecousin et mon mari. OCTAVE. - Mon cousin et votre mari ne feront jamais à eux deux qu'un pédant de village ; vous n'aimez point Claudio. MARIANNE. - Ni Coelio ; vous pouvez le lui dire. - OCTAVE. - Pourquoi ? MARIANNE. - Pourquoi n'aimerais-je pas Claudio ? C'est mon mari.” Elle est, de toute évidence, troublée devant le “pourquoi ?” d'Octave. De même sa dérobade face à la question de Claudio, àl'acte I, scène 3, apparaît suspecte ; elle donne l'impression que cet appel à son époux est plus une aide contre elle-même qu'un réel amour. Cela se révèle pleinement lors de sa colère, où elle parle avec mépris de ce mariage imposé et de ce mari grossier : “On me l'avait prédit. - Je le savais. - Je m'y attendais.”
=== Marianne représente donc le stéréotype de la jeune femme mal mariée.
LES RÊVESD'UNE JEUNE FILLE
[pic]    Cette héroïne jeune, âgée de dix-neuf ans, rappelle le titre d'une autre pièce de Musset, A quoi rêvent les jeunes filles. La longue tirade de Marianne (Acte II, scène 1) nous montre, en effet, le rôle de “l'éducation” qui emprisonne les jeunes filles en ce début du XIX° siècle, en leur enseignant “l'honnêteté” et la “foi jurée”. Mais cela ne les empêche pas de...
tracking img