Les personnages de la peste (camus)

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2070 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les Personnages de la Peste

Tout d'abord, on note que les personnages de la Peste sont très peu nombreux, de plus une évidence saute aux yeux : Les femmes y sont absentes. Ainsi la peste est un monde sans femmes et donc irrespirable.
Ce roman est une parabole de notre condition humaine, et en particulier des comportements humains qui ont pu apparaitre au cours des années 40 et de la 2ndesguerres mondial. Ainsi chaque personnage trouve son double dans un citoyen de cette période. Rieux symbolise un chef de la résistance, Tarrou un résistant travaillant à ses cotés, Cottard un trafiquants du marché noir, et Paneloux un représentant de la religion.

Bernard Rieux
Bernard Rieux est le personnage principal de la Peste, c'est aussi le narrateur (il le révèle à la fin du roman).
ÀOran, un jour d’avril 194., il a alors trente-cinq ans, le docteur découvre le cadavre d’un rat sur son palier, puis par la suite, il apprend que la ville en est entièrement occupé. Il assiste à la mort violente et mystérieuse de son concierge. Les morts se multiplient tout comme les rats. C'est lui va avouer le vrai nom de cette maladie qui à déjà fait de nombreux ravages: la Peste ! Il pousse lesautorités à réagir face à ce fléau, et à mettre la ville sous quarantaine, afin que la maladie ne se diffuse pas au monde entier. Il la connait et sait qu'il n'y aucun espoir de la dissoudre rapidement et efficacement.
C'est en fait Camus qui s'exprime à travers ses pensées et son acharnement pour s'en sortir. La conscience de l'absurde fait place à la nécessité de fraternité, il doit se battre etsoigner les Oranais jusqu'au dernier, jour et nuit, et même si il doit se passer de son bien-être personnel.
Ainsi il donne la priorité à son métier qu'il réalise avec merveille, « c'est l'essentiel » bien que les résultats ne sont pas visible à ses débuts, la maladie est bien trop puissante, mais il réussi tant bien que mal à sauver des vies. Il ne se perd pas dans de longues réflexionsintellectuelles, à vrai dire il n'a pas le temps ! Il se consacre entièrement à la santé de chaque individu et à celle de toute la société infectée de la peste. Cet homme honnête et si serviable, ne se laisse jamais dépasser par les nouveaux évènements, il garde son sang-froid, reste actif et incite son entourage à en faire de même.
Son aspect physique est tout juste évoqué, c'est un homme « de taillemoyenne, avec de larges épaules, un visage presque rectangulaire et les yeux sombres et droits, » Son nez fort est régulier et ses lèvres sont souvent serrés, « Il a un peu l’air d’un paysan sicilien avec sa peau cuite », ses cheveux noir et cour « et ses vêtements de teintes toujours foncées, » il apparait ainsi fort, grave et sombre, mais ce personnage n'est pas dépourvu de sensibilité. Il serévèle totalement déchiré suite à la mort de l'enfant, il ne s'est jamais habitué à voir mourir. Il est séparé de sa femme, partit se soigner dans les montagnes, et est donc compréhensif face aux besoins amoureux de Rambert. (mais n'accepte pas pour autant de faire un certificat de complaisance pour quitter la ville.)
Notre protagoniste refoule ses pensées inquiétantes et se ressaisit (avec lesoutient et l'amour de sa mère) en reprenant son travail, il ne faut surtout pas abandonner la lutte.
Il ne se voit pas comme un héros, il suit seulement son devoir d’homme.
Ainsi il est attentif, écoute avec patience Grand lui lire sa première phrase de roman et lui donne même son avis.
Serviable, il recueille Tarrou et le soigne tant bien que mal, en vain.
Et rend visite très régulièrementCottard malgré son emplois du temps débordant.
Athé, il déclare Paneloux meilleur que son prêche.

Rieux est au centre de l’action et c’est vers lui que convergent tous les personnages principaux du récit, qu'il découvre tout comme le lecteur. C’est le symbole de l’homme révolté dans l'engagement individuel et collectif qui lutte contre la peste (et se sauve de l’absurde) par des moyens...
tracking img