Les personnages de la peste de camus

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1691 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 juin 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
LES PERSONNAGES DE LA PESTE :
Les personnages de La Peste sont peu nombreux. Et parmi eux les rares figures de femmes ne jouent presque aucun rôle : on ne les connaît (sauf la mère de Rieux) que par les sentiments qu'éprouvent pour elles les hommes dont elles sont aimées. Elles ne sont guère que des stimulants de la tendresse masculine.
Ces personnages, on l'a vu, semblent avoir été choisispour symboliser un certain nombre d'attitudes humaines face au malheur. On ne s'étonnera donc pas de la prédominance de ceux qu'on pourrait appeler des « intellectuels » (Tarrou, Rambert, Paneloux) par rapport à ceux qui ne le sont pas (Grand, Cottard). On ne s'étonnera pas non plus que le rôle principal soit dévolu à un médecin, le docteur Rieux, parce qu'il est capable à la fois de penser le mal etde lutter effectivement contre lui.
Joseph Grand :
Petit employé de mairie, c'est un raté, qui n'a réussi ni dans sa carrière ni dans sa vie sentimentale. Il a de la peine à trouver les termes capables d'exprimer exactement ce qu'il veut dire : d'où sa volonté d'apprendre le latin pour approfondir le sens des mots, et d'écrire un roman qui lui vaudrait d'être salué chapeau bas, mais dont ils'épuise, sans jamais pouvoir aller au-delà, à mettre sur pied la première phrase.
En même temps, c'est un homme qui a de bons sentiments et qui ne craint pas de les manifester. C'est en ce sens qu'il est exemplaire. Il le prouve bien au cours de l'épi¬démie, où il est un des rares à conserver un certain équi¬libre de vie : il exerce son humble métier, mais il l'éclaire par sa chimérique ambitiond'écrire; et, quand se créent des équipes sanitaires, il participe bénévolement à leur action, en tenant des livres, en faisant des statistiques, à raison de deux heures par jour. Son dévouement lui vaut de contracter la peste. Mais, curieusement, il est un des premiers rescapés, comme si l'auteur voulait le récompen¬ser de sa bonne volonté
« S'il est vrai que les hommes tiennent à se proposer desexemples et des modèles qu'ils appellent héros, et s'il faut absolument qu'il y en ait un dans cette his¬toire, le narrateur propose justement ce héros insi¬gnifiant et effacé qui n'avait pour lui qu'un peu de bonté au cœur et un idéal apparemment ridicule. »

Cottard :
Homme moyen lui aussi, il est comme le symétrique de Grand, mais dans l'ordre du mal. On ne connaît pas bien les raisons pourlesquelles, au début du roman, il est recherché par la police et tente de se pendre. Ce qui est sûr, c'est que la peste, en détournant de lui l'attention de la justice et en lui fournissant l'occasion de faire du mar¬ché noir, de s'enrichir, arrange ses affaires
« je me sens bien mieux ici depuis que nous avons la peste avec nous. »
Ainsi, il souhaite voir le malheur général s’intensifier etdurer. La fin du fléau signifie pour lui la fin de son trafic et la reprise des poursuites dont il a déjà été l’objet. Il est battu, traqué, assiégé, mis à mort. Pour l’auteur, son malheur est mérité c’est pourquoi il n’a pas beaucoup de pitié pour lui.
« Il est juste que cette chronique se termine sur lui qui avait un cœur solitaire. Oui, solitaire là où il aurait fallu être solidaire. »
Sonchâtiment, comme la guérison inespérée de Grand, a une évidente valeur symbolique.

Rambert :
C'est un personnage d'une tout autre envergure : décidé à refuser l'injustice et les concessions, il tient le langage de Saint Just. Journaliste, il n'est pas seulement un homme de plume, il a un passé de militant, il a combattu, pendant la guerre d'Espagne, du côté des vaincus. C'est cette expérience qui luipermet de parler si haut en faveur du droit au bonheur, dont il est, dans La Peste, le champion irrécusable. Venu à Oran pour y préparer un reportage, il n'accepte pas d'être enfermé dans cette ville avec laquelle il n'a rien à faire et veut à tout prix rejoindre en France là femme qu'il aime
« Je ne peux pas supporter l'idée que cela va durer et qu'elle vieillira pendant tout ce temps...
tracking img