Les petites vieilles - baudelaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1521 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
« Les Petites Vielles »,
Les Fleurs du mal, Baudelaire (1861)

La poésie lyrique classique fait de la « belle nature » le lieu privilégié de la rencontre amoureuse s'inscrivant ainsi dans la lignée de Virgile et de ses Bucoliques. Virgile, poète latin du 1er siècle de notre ère, met en scène les amours de bergers et de bergères en Acadie, contrée grecque riche en légendes. C'est un mondecampagnard fictif et idéal qui est décrit. Pour les Romantiques, à l'instar de Jean-Jacques Rousseau, la nature est un refuge pour le moi souffrant, persécuté par une société corrompue. La modernité poétique de « Les Petites Vieilles » réside bien en ceci que Baudelaire choisit des personnages qui appartiennent à la ville et qui en sont l'allégorie. Le texte extrait de « Les Tableaux parisiens »,deuxième section des Fleurs du mal qui décrit le paysage urbain en mutation. La politique des grands travaux d'Haussmann a commencé en 1853 et s'achève en 1871. Le poète est fasciné par les bouleversements de la capitale. Nous montrerons donc que ce tableau s'ancre dans une esthétique de la modernité qui réside dans la volonté de peindre le changement. En effet, nous verrons que le sujet choisi parBaudelaire est tout à fait original. De plus, le mouvement et la fuite du temps semble être au coeur du texte. Enfin, le poète nous offre un regard fasciné et s'efforce de spiritualiser ces vieux corps en leur conférant une nouvelle vie grâce à la transfiguration poétique. Dans un premier temps, nous allons parler d'un sujet surprenant, il s'agit d'un portrait de la femme déchue de son statut. Dans unsecond temps, nous verrons que le mouvement et la fuite du temps sont une esthétique baroque. Enfin, dans un troisième et dernier temps, nous étudierons la méditation poétique sur la vieillesse.

Tout d'abord, on observe une disparition de la féminité par l'utilisation du passé simple au vers « furent jadis des femmes ». Loin de rappeler leur beauté d'antan Baudelaire prive ces femmes de leurféminité. Mais aussi par l'utilisation du pronom « ils » qui est l'anaphore pronominale du nom « monstres ». Féminité qui ne survie que par la nature des vêtements eux-même dégradés, réduits à l'état de haillons : elles portent des « jupons troués » et des « froids tissus » au vers 8. L'adjectif « froid » réduit ces femmes à l'état de fantômes. Elles sont dépourvues de chaleur et donc de leursensualité et de leur corps. Ce sont encore des « âmes » nous dit le poète au vers précédent. Il s'agit d'un portrait dégradé qui prend le contrepied de l'idéalisation de la femme. Pensez au portrait de la femme aimée dans le sonnet pétrarquiste de Du Bellay extrait de L 'Olive. Les attributs féminins disparaissent. Ces êtres ne sont qu'une image grimaçante de ce qu'elles ont été autrefois.
De plus,Baudelaire porte un regard cruel qui déshumanise les « petites vieilles ». La métaphore du monstre est tout à fait choquante et cruelle. Le monstre est en effet un être non humain. Il se caractérise par une morphologie anormale, soit par excès, soit par défaut d'un organe. Cette métaphore est renforcée par une structure en chiasme puisque le groupe nominal « Ces monstres disloqués » dans le premierhémistiche du vers 5, fait écho au second hémistiche du vers 6 « Monstres brisés, bossus, » tandis que « jadis des femmes » répond aux noms de « Eponine » et de Laïs au vers suivant. Ce chiasme mime aussi la déformation dont les vieilles femmes sont les victimes.

Peindre le mouvement et la fuite du temps est une esthétique baroque. La poésie baroque se développe à la fin du XVIIe siècle et estappelée ainsi par une opposition à la poésie classique. Le poète baroque privilégie en effet le mouvement et l'irrégularité à l'harmonie et la régularité. Il est aussi imprégné d'images surprenantes liées à des interrogations angoissées sur la condition humaine et sa finitude.
Tout d'abord, le choix de la capitale se fait par le poète qui choisit un cadre urbain. La capitale est le témoin des...
tracking img