Les pires tyrans sont ceux qui savent se faire aimer

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 26 (6275 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 décembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
« Les pires tyrans sont ceux qui savent se faire aimer »

C’est en Grèce antique que l’on qualifia pour la première fois un régime de tyrannique et que l’on parla d’un tyran pour désigner un gouvernant, un homme qui exerçait le pouvoir d’une façon particulière. On appelle alors tyran tout homme qui, dans une Cité, s’empare illégalement du pouvoir et le conserve par la force au mépris deslois. Ces gouvernants tyranniques se sont effectivement installés à la fin du 8ème siècle avant Jésus Christ en Asie mineure et dans le Péloponnèse, après des périodes de trouble. Souvent le tyran n’est pas un inconnu : il peut être un aristocrate, avoir exercé une magistrature dans des conditions légales, mais devient tyran quand il refuse de restituer le pouvoir et le conserve pour lui seul. Ilécarte alors les représentants d’un risque pour sa personne: hommes d’Etat, penseurs, militaires de haut rang et installe un gouvernement absolutiste qu’il dirige seul. La tyrannie est marquée par une primauté de l’intérêt personnel du tyran. L’Histoire laisse-t-elle trace de bons tyrans ? Qu’est-ce qu’un bon tyran ? Y aurait-il une échelle dans la tyrannie dans laquelle s’opposeraient destyrannies respectables au pire des tyrans ? Une telle échelle de la tyrannie est-elle recevable ? Spinoza écrira à ce sujet que « les pires tyrans sont ceux qui savent se faire aimer ». Le sujet présuppose donc qu’il existe des tyrans pires que d’autres et que dans cette mesure de « l’abomination » d’un tyran par rapport à un autre, ce qui prime est l’affectif, ce lien particulier qui lie le gouvernantaux gouvernés, et qui serait ici un lien positif d’amour. Reste à expliciter ce que l’on entend ici par amour. Il ne s’agit pas, a priori, d’un lien amoureux, mais plutôt d’une relation de confiance et d’abandon de cette confiance que le peuple opère au profit du tyran. Il s’agit donc d’aimer dans un sens plutôt philosophique, comme les Anciens aimaient la sagesse, les pires tyrans sont ceux quiarrivent, par des mécanismes qu’il reste à étudier, à obtenir les grâces de leur sujet, même malmenés et tyrannisés. (Pour incarner cette relation particulière on parlera dans la dissertation d’affectif ou d’affect). D’autre part, il existe différents types de tyrannie, politique, sociale, émotionnelle etc. On a fait le choix délibéré d’étudier profondément le lien entre la tyrannie politique d’unhomme sur un peuple, car il en va de la destinée de l’homme et de sa liberté, ce qui semblait déjà essentiel lorsque Spinoza écrit la citation.
Pourquoi une société devrait-elle doublement se méfier d’un tyran qu’elle accepte et qu’elle légitime ? Comment un tyran arrive-t-il à imposer son pouvoir et par quels moyens liés à l’affectif est accepté un gouvernement tyrannique ? Quellesimplications symboliques le tyran mobilise-t-il pour asseoir son pouvoir et pourquoi le peuple accepte-t-il cette position d’aliéné ? Autant de questions qui constitueront notre réflexion, qui s’attachera à démontrer, d’une part comment le tyran lie l’affect à sa personne et à ses actions pour légitimer son pouvoir, et d’autre part comment le peuple reçoit la tyrannie et s’y plonge, comment évolue unetyrannie sans lien affectif entre le tyran et le peuple, et comment les hommes plongés dans la tyrannie peuvent en sortir.

1) Tyrannie et affect, les bases de la légitimité du pouvoir

Spinoza énonçant que les pires tyrans sont ceux qui savent se faire aimer avait étudié l’histoire grecque et romaine pour tirer des exemples historiques d’hommes qui avaient exercé le pouvoir d’une manièresi absolue qu’on ait pu parler à leur égard de tyran. Mais des tyrannies telles, si l’on en croit Spinoza, que le peuple ait été subjugué au point d’abandonner toute parcelle de pouvoir entre les mains d’un tyran dictateur. Et ces tyrans seraient les « pires » car ils auraient la faculté de se faire aimer de leurs sujets.
Il nous faut donc étudier cette faculté paradoxale qui fait que...
tracking img