Les planches courbes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1437 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Quelles significations peut on accorder au thème de l’eau dans les Planches courbes ?

● Une analyse du sujet fera ressortir les mots « significations » et « eau ».

● On demandera ensuite aux élèves de procéder à un relevé des images et allusions à l’eau dans les trois sections. On peut diviser la classe en trois ensembles, chacun travaillant sur une section.

● La mise en commun faitapparaître une profusion et une diversité des images qu’on peut de suite soumettre à l’interprétation. Il convient de canaliser l’interprétation biographique tentante mais hasardeuse.

● La lecture de passages de L’eau et les rêves de Bachelard peut ouvrir des pistes à la réflexion, principalement celle du chapitre trois (Le complexe de Caron).

● On passera ensuite à l’élaboration du plan :deux logiques sont possibles (la logique dialectique est immédiatement écartée, étant donné le caractère ouvert de la question) :
. Plan analytique : problème, cause, conséquence (cette dernière partie pouvant être élidée dans une épreuve d’aussi courte durée).
. Plan thématique prenant appui sur les mythes convoqués (Cérès, Ulysse, Caron) ou sur les valeurs accordées à l’eau (nourricière,maternelle, mortuaire)…
. Envisageant ces différentes logiques on retient celle qui obtient le plus de suffrages : ce fut la 1e en ce qui concerne notre classe. La rédaction qui suit résulte d’un plan concerté avec les élèves :

● Devoir rédigé :

|Introduction : mise en|La poésie de Bonnefoy est une poésie simple qui se réfère aux éléments naturels puisant dans leur symbolique ||place du sujet et |éternelle une multitude de significations. Les références à l’élément liquide, l’eau, les images aquatiques |
|annonce du plan. |prolifèrent dans les sections au programme. Non dépourvues d’ambiguïté, elles inscrivent la démarche du poète |
| |dans le cadre d’une recherche ontologique soutenue par une référence constante à la mythologie.|
| | |
|Phrase annonce de la |Bonnefoy qui a été élève de Bachelard a certainement lu l’Eau et les rêves, ouvrage dans lequel le philosophe |
|1e partie. |note que l’« eau substance de vie est aussi substance de mort pour larêverie ambivalente. » |
| |Cette double valeur se retrouve dans le recueil de Bonnefoy où l’eau est régulièrement évoquée en tant |
| |qu’élément maternel, élément sécurisant propre à favoriser l’épanouissement du rêve : « Nous mettons nos pieds |
| |nus dans l’eau du rêve / Elle est tiède, on nesait si c’est de l’éveil… ». La métaphore assimile l’eau à la |
|Paragraphe centré sur |rêverie féconde, l’eau « tiède » entretient un état d’être frontalier entre la veille et le sommeil qui est |
|une analyse elle même |source de création poétique. |
|étayée d’exemples |L’eau est également celiquide absolument nécessaire à la vie : avoir soif, boire sont des manifestations du |
|précis |désir de vivre. « Comment faire, demande le poète, pour que vieillir ce soit renaître ? » (LMN, p. 97). et |
| |d’évoquer par la suite Cérès et « son besoin de boire ». Ce besoin revêt évidemment un sens allégorique, boire |
||c’est conjurer la mort pour la déesse en quête de sa défunte fille. |
| |Dans le même ordre d’idée, Bonnefoy évoque l’eau de la poésie « on dit mauvaise l’eau que tu apportes / A ceux |
| |qui tout de même désirent boire / Et déçus se tournent vers la mort. » Ces quelques vers assimilant la poésie à |
|...
tracking img