Les politiques culturelles en allemagne

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3672 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les Politiques Culturelles

en Allemagne

Introduction

1. Vers un ministère fédéral de la culture
2. les enjeux de la réunification
3. Berlin, eldorado de culture subventionné

Conclusion

Introduction

L’Allemagne a bien des atouts et la culture y a milles facettes. Les milieux artistiques et culturels savent innover et réservent bien des surprises. On découvretout cela dans les Länder, et tout particulièrement à Berlin, la capitale et le centre créatif du pays. Depuis 1949, la culture relève de la compétence des seize Etats fédérés (les Länder). Les différences entre régions sont assez importantes car chaque Länder a ses propres institutions et ses propres systèmes d'aide. Toutefois, depuis la réunification, l'Etat fédéral a accru son pouvoird'intervention. La politique culturelle allemande est organisée suivant un modèle fédéral et décentralisé. Il est composé du Bund (Fédération), des Länder (états fédérés) et des communes. L’Allemagne fait partie de ces états qui appliquent un système de politique culturelle dit fédéral, tout comme l’Autriche et la Belgique. La République Fédérale Allemande se fonde essentiellement sur le principe desubsidiarité. En effet, la culture est le domaine réservé des Länder, mais il semble de plus en plus évident qu'une politique culturelle nationale doit voir le jour à côté des politiques régionales. Nous verrons à travers trois parties, de quelle façon ce nouveau système va se mettre en place. D’une part, comment un Ministère fédéral de la Culture a pu s’établir dans un pays profondément marqué par lefédéralisme. D’autre part, nous étudierons les enjeux et les conséquences de la réunification de l’Allemagne divisé qui à mon sens est l’élément fondateur qui a permis de se diriger vers une politique culturelle plus nationale. Enfin, à travers le cas particulier de la ville de Berlin, nous analyserons les particularités de sa gestion administrative culturelle.

1. Vers un Ministère fédéral dela Culture

Le projet de la fondation d’un ministère de la Culture en Allemagne est lancé en RFA (République Fédérale Allemande) pour la première fois en 1953. Des clivages partisans opposent les représentants du Deutsche Partei, qui défendent un renforcement de l’autorité étatique, et les chrétiens-démocrates du CDU, partisans du principe de subsidiarité en matière d’affairesculturelles. Il est question ici pour certains de défendre l’unité de la culture contre les particularismes et pour d’autres de s’opposer à tout principe centralisateur qui pourrait mettre en danger la liberté et la diversité culturelles. L’idée de centraliser certaines organisations sous l’égide d’une structure publique se fait entendre à plusieurs reprises, mais est freinées, la plupart du temps, par lesréserves ou le non catégorique des Länder.
Cependant à défaut d’une structure au niveau fédéral, il existe une coordination culturelle entre les Länder qui consistait alors en une « conférence des ministres de l’Education et de la Culture ». L’absence d’un ministère fédéral de la Culture n’a pourtant pas empêché le Bund (l’Etat) d’intervenir dans ce domaine, en l’occurrence en accordant desaides financières.
Chaque extension des compétences du Bund a généralement fait l’objet de vives critiques de la part des Länder. Dans les années 90, la réunification allemande et l’intégration de l’Allemagne dans l’union européenne ont conduis à de nouvelles réformes de la part de l’Etat qui ont ravivés ces critiques. Inversement, la gestion trop fragmenté et l’éparpillement dans la répartitiondes compétences culturelles des Länder ont été, à leur tour, de plus en plus critiqués.
Dans d’autres secteurs d’action culturelle, la réunification entre l’Allemagne de l’Est et l’Ouest a provisoirement entraîné une intervention accrue du pouvoir fédéral. Mais en 1992, ces mesures exceptionnelles ont été dénoncées par le Conseil culturel allemand comme une violation du principe de subsidiarité...
tracking img