Les politiques de relance au japon dans les années 1990 et 2000

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4514 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
A la suite de la Seconde Guerre Mondiale, le Japon a su imposé sa domination et sa puissance industrielle, ce qui lui a donné le statut de deuxième puissance économique mondiale à l'aube des années 90. C'est ce qu'on a appelé le « miracle économique  japonais »Ce succès a été principalement dû à des politiques d'emploi flexibles, production tournée vers les marchés extérieur et a une rechercheconstante de compétitivité à travers de gros efforts en recherche. Mais c'est à partir la fin des années 80 a vu l'éclateement de deux bulles spéculatives qui ont plongé l'économie dans le chaos. S'en suivère deux décennies d'instabilité économique, dominé par de nombreuses crises. Face à cette situation, la gouvernement décida d'entreprendre des politiques de relance Keynesienne. Depuis denombreuses décennies, l'Etat japonais est considéré comme l'un des plus interventionnistes et centralisé du monde insutriel. Sa politique économique a souvent été basé sur le développement des entreprises et sur une intervention direct sur le marché. Cette stratégie a notamment fait ses preuves face au choc pétrolier de 1974. Nous pouvons donc nous demander quelles ont été , cette fois-ci, la teneur etl'efficacité des politiques budgétaires du Japon au cours des deux dernières décennies. Pour cela, nous allons tout d'abord étudier la réaction du gouvernement japonais face à la récession du début des années 90. Ensuite, nous verrons que les plans de relance pour contrecarrer des difficultés structurelles du milieu des années 90 ont creusé le déficit du pays mais n'ont pas anéanti la stratégie derelance. Enfin nous verrons que malgré une amélioration au début des années 2000, la crise financière e a replongé le pays dans la récession et a contraint les autorités japonaises a proposer de nouvelles solutions économiques.

I Les politiques de relance face aux difficultés conjoncturelles du début des années 90

A travers cette première partie, nous verrons comment le gouvernement aréagi à la suite de l'éclatement de deux bulles spéculatives qui a amené une forte récession.

A) Des réformes fiscales pour contrer les effets de la crise

La situation économique du Japon a la fin des années 80 semble particulièrement solide :
un taux d'inflation très faible
une forte croissance économique
de très importants gains de productivité ;
une monnaie forte
un excédent de labalance courante telment élevé qu’il provoque des tensions commerciales avec ses principaux partenaires
un taux d’épargne très éimportant, dynamisé par un système financier apparement puissantr

De plus, le Japon peut se vanter d'être localisé dans la région économique ayant le plus fort taux de croissance au monde : l'Asie de l'Est.
Fort de ces succès, la classe politique japonaise se permisd'adopter un processus de libéralisation de ses marchés. Elle s'inspira en fait des opération d'unification des marchés en Grande-Bretagne, sous le régime de Margaret Thatcher et aux Etats-Unis, sous le régime du président Reagan. Le Japon s'est aperçut de la nécessité de ne pas s'opposer à la stratégie de ces deux « géants économiques » et décider alors d'entamer des processus d'harmonisation et dedéreglementation.
Mais ces mesures de déreglementations ont eu un effet non-désiré : ils ont dopé artifficielement l'économie. La déreglentation financière, conjugué à une politique monétaire accomomandte, a permis l'augmentation de l'offre de crédit, ce qui a entrainé une augmentation éfreinée des investissements industriels et une surconsommation des ménages. Parallèlement à ces deux phénomènes,les cours de bourses prirent de l'ampleur : + 42,6% en 1988 et +29% en1989. L'économie fut alors emportée par un boom réel.
Le gouvernement Japonais fût conscient des graves conséquences que peut engendré une explosion de la demande et décider de resserrer sa politique monétaire, en augmentant le taux d'escompte de 2,75% à 6%. En 1990, les autorités japonaises ont mis en place une politique...
tracking img