Les pratiques amateurs

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 38 (9329 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Retour page accueil site DRAC Centre

Les pratiques culturelles amateurs
Définition - Problématique - Enjeux Le ministère de la culture et la pratique amateur Les partenaires institutionnels Les fédérations et associations nationales Pratique amateur en région Centre Bibliographie

Dans le domaine culturel, l’expression « pratique amateur » désigne toute activité artistique et culturelleexercée en dehors de toute contrainte scolaire ou professionnelle, individuellement ou en groupe, dans le cadre des loisirs.
(Source : Donnat, Olivier. Les Amateurs, Paris, La Documentation française, 1996)

Définition - Problématique - Enjeux : culture et socio-culture

L’accroissement du temps libre, la recherche d’un épanouissement personnel expliquent l’essor des pratiques artistiquesamateurs. On peut s’interroger sur la justification d’une implication des pouvoirs publics dans un domaine relevant au départ de l’initiative privée. C’est que l’enjeu des pratiques culturelles dépasse le simple domaine culturel : elles « participent au renforcement des liens sociaux et à l’exercice d’une citoyenneté active » (Communication de Catherine Trautmann en conseil des ministres, 23 juin 1999)Aussi le développement des pratiques amateurs s’intègre-t-il dans une politique générale de démocratisation de la culture. Ce qui suppose une action concertée des différents ministères, des collectivités territoriales (chargées de la mise en place des établissements d’enseignement spécialisé et des équipements de proximité), des fédérations de pratique amateur.

Le ministère de la culture et lapratique amateur.
Historiquement les pratiques culturelles ne relèvent pas de la responsabilité du ministère de la culture et la scission entre Culture dite « savante » et « socio-culture » ou « éducation populaire » reste vivace. Caractéristique du débat, la réponse faite le 2 septembre 1999 par Catherine Trautmann à M. Michel Doublet jugeant injustifié le rattachement du folklore au ministèrede la jeunesse et des sports plutôt qu’au ministère de la culture (Sénat, JO du 11-11-1999, p. 3715). Catherine Trautmann reconnaît que les pratiques folkloriques musicales et chorégraphiques sont des activités culturelles ou socioculturelles importantes mais que « les liens des spectacles de groupes folkloriques avec le patrimoine populaire ne sont pas

Pratiques amateurs 1

toujours fondéssur des connaissances scientifiques. C’est donc en tant que pratiques populaires et conviviales et alliées à un développement des pratiques amateurs que ces spectacles sont soutenus par le ministère de la jeunesse et des sports. Le ministère de la culture et de la communication a, quant à lui, pour mission propre, de consacrer le professionnalisme de structures répondant à des exigencesscientifiques relevant de domaines tels que la musicologie et l’ethnomusicologie dans le cadre de la mise en valeur des patrimoines populaires et régionaux ». Le ministre de la culture n’envisage pas une remise en cause de ce partage des compétences entre ministère. Ce qui ne veut pas dire que les groupes folkloriques ne puissent pas bénéficier des procédures mises en œuvre par le ministère de la culture etde la communication pour favoriser l’accompagnement des pratiques amateurs par des professionnels reconnus. Les groupes folkloriques sont du reste accueillis dans les Centres de musiques et de danses traditionnelles soutenus par les DRAC et des départements de musiques et de danses traditionnelles existent dans les écoles nationales de musiques, conservatoires nationaux de région, écoles agrééesou associatives. Tout en respectant les spécificités de chacun, les pratiques amateurs donnent lieu de plus en plus à une politique concertée entre le Ministère de la culture et les professionnels de l’éducation populaire. Le 9 novembre 2000 s’est tenu le Conseil national Culture/Education populaire. Y participaient les huit fédérations signataires en juin 1999 de la charte culture/éducation...
tracking img