Les presocratique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2489 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LES PRESOCRATIQUES
 

Les philosophes grecs d'avant Socrate, fondateurs de nos modes de pensée, éveillent toujours une curiosité fascinée : on tente de comprendre comment la pensée humaine a pu, vers le VIe siècle av. J.-C., délaisser les chemins traditionnels de la poésie et du mythe pour s'engager dans la voie nouvelle de la recherche rationnelle, celle de la science et de la philosophie.Les présocratiques sont entourés de mystère, car leurs œuvres et leurs idées ne sont connues que d'une façon indirecte et parfois si lacunaire que la reconstitution de leur pensée tient du rébus.
 
I. Une œuvre faite de fragments disparates
La croyance en l'existence d'une «pensée présocratique» est d'abord une illusion qui est le fruit de notre ignorance et d'une erreur de perspective. L'oeuvreécrite de tous les philosophes d'avant Platon est perdue, et on ne peut en avoir une idée qu'au moyen des références (de longueur et de qualité très variables) qu'en firent les auteurs ultérieurs (de Platon jusqu'aux compilateurs païens ou chrétiens de l'Antiquité tardive), sans qu'il soit toujours possible de faire la part entre citation et interprétation. Les travaux de l'école philologiqueallemande du XIXe siècle s'efforcèrent de rassembler, de découper et de classer tous ces textes, en distinguant, autant que possible, les fragments authentiques des simples témoignages. De là la monumentale édition de Hermann Diels, les Fragments des présocratiques (1922), qui, en même temps qu'elle fournissait une voie d'entrée irremplaçable aux pensées fondatrices, alimentait l'illusion qu'ilexistait entre elles quelque autre lien que notre propre ignorance. Or un simple aperçu sur la variété de leurs styles (parfois poétique, parfois lapidaire), de leurs objets (des mathématiques à la médecine en passant par la religion), de leurs doctrines (certains plutôt «matérialistes», d'autres plutôt «idéalistes») et de leur origine géographique (quoique tous de langue grecque) suffit à dissiperl'illusion.
 

II. Un mode de pensée nouveau
Cependant, il y a une certaine unité, au moins négative, entre ces penseurs, puisqu'ils s'engagent tous, et chacun à sa manière, dans la voie nouvelle de la pensée rationnelle.
La volonté universelle de tout comprendre qui les caractérise représente d'emblée une transgression des règles opposant ordinairement les religions à l'humaine volonté de savoir: l'ambition de pénétrer les arcanes du monde signifie que l'homme, sortant des limites sacrées qui lui sont imposées, désire égaler les dieux ; c'est ce que les Grecs appelaient le péché d'hybris (la «démesure»). Ne craignant pas de commettre un sacrilège, les présocratiques cherchent à penser par eux-mêmes, avec pour seules armes l'expérience et le raisonnement, sans se soumettre au pouvoirpolitique ou religieux, ni aux préjugés sociaux ou moraux.
Les premiers apôtres de la raison se sont déliés de tout pouvoir extérieur à leur quête, et aussi de toute préoccupation extérieure à la seule vérité : en cela ils se distinguent non seulement des sophistes (contemporains de Socrate et que l'on a souvent rattachés arbitrairement aux présocratiques), mais aussi, comme le note Aristote, detous les savoirs antérieurs à la philosophie, qui furent le fruit de recherches utilitaires. Ce qui fait la spécificité, par exemple, des mathématiques pythagoriciennes, c'est à la fois leur caractère purement rationnel ; la démonstration y est indépendante de toute considération empirique ; et leur caractère spéculatif, par opposition aux opérations arithmétiques tournées vers le commerce et auxcalculs géométriques des Égyptiens destinés à l'arpentage. Pour tous les présocratiques, le savoir doit se distinguer de toute préoccupation purement technique.
Précurseurs de l'idée moderne de science, les présocratiques ne se contentent pas de décrire les faits ou d'accumuler des observations, mais ils cherchent surtout à trouver à toutes choses des causes ou des raisons. Plus exactement, et...
tracking img