Les prisons américains

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2665 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Les prisons américaines

Introduction : Depuis le milieu des années 60, et encore davantage depuis les années 80, le discours pénal s’est considérablement durci dans les pays occidentaux, notamment aux États-Unis. La « guerre au crime », suivie de la « guerre à la drogue » lancées par les successifs présidents américains ont amené un accroissement du recours à l’incarcération, en plusd’augmenter la durée des peines et, dans bien des cas, de dégrader les conditions d’emprisonnement de la population carcérale.
En quoi les prisons américaines sont-elles utiles à la société et en quoi font-elles polémiques ?
Nous parlerons d’abord de leur mode de fonctionnement, puis de leurs points négatifs et enfin de leur aspect positif.

Quelques chiffres : Il y a 2,3 millions de prisonniers auxEtats-Unis (1% de la population) ce qui en fait l’état avec le plus de prisonniers au monde devant la Chine (1,5 million) et la Russie (700 000). A titre de comparaison cela fait 714 prisonniers pour 100 000 habitants aux Etats-Unis, 118 en Chine, 532 en Russie et 96 en France.
Il y a 101 prisons réparties dans tous les Etats-Unis. Il y au total 93% d’hommes et 7% de femmes.

I) Système Pénal1) Différentes lois :

Pour commencer, beaucoup de personnes sont envoyées en prison pour différents motifs : Cela peut être pour vols, agressions, viols, meurtre ou même pour trafique d’argent, d’armes, de drogues, et de personnes (dans le cas des immigrés)…
En ce qui concerne les mineurs, cela dépend des états, mais dans la majorité des états ils sont traité comme des adultes, et sontenvoyés dans des prisons pour adultes, où ils sont bien évidemment très souvent sujets aux viols et aux diverses agressions…
Treize États américains traitent les 17 ans et plus comme des majeurs et dans beaucoup d'autres, les procureurs ont la possibilité d'incarcérer des jeunes en attente de procès dans des prisons pour adultes, ou de les renvoyer devant une juridiction pour adultes.
Unrapport de 157 pages, intitulé Le reste de leurs vies, la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle pour des délinquants mineurs aux Etats-Unis, est la première étude nationale qui examine la pratique de juger des enfants en tant qu’adultes et à les condamner à la perpétuité dans des prisons pour adultes, sans possibilité de libération conditionnelle. Le rapport est basé sur deuxannées de recherche et sur une analyse de données pénitentiaires, qui n’avaient pas été recueillies précédemment, au niveau fédéral et au niveau des Etats. Ces données ont permis aux organisations de déterminer les tendances au niveau des Etats et au niveau national pour les condamnations “LWOP” (leave without pay) jusqu’à la mi-2004, et d’analyser la race, les antécédents et les crimes de délinquantsjuvéniles. (Cette loi s’applique à 26 états)

A juste titre Alison Parker, chercheuse chez Human Rights Watch, a déclaré “Les jeunes ayant commis des crimes sérieux ne devraient pas rester impunis, mais s'ils sont trop jeunes pour voter ou acheter des cigarettes, ils sont aussi trop jeunes pour passer le reste de leur vie derrière les barreaux.”
De plus, aux Etats-Unis une loiest très connue dans le système carcéral. Cette loi a pour nom : «  Three strikes and you’re out », et consiste à envoyer quelqu’un en prison à perpétuité, lorsque celui-ci a commit 3 crimes. De manière général cette loi s’applique pour 3 crimes sérieux et considérés comme « graves ». Cependant, il y a des états, comme la Californie, qui abusent de la loi, en envoyant les délinquants en prisonquelque soit la gravité du troisième crime.
Les effets de cette loi ne sont pas vraiment positifs, car ses impacts sont plutôt négligeables, et sont loin de dissuader les criminels de commettre leur troisième crime. Cela engendre donc beaucoup de condamnations pénitentiaires, ce qui pourrait expliquer le taux surélevé de prisonniers aux Etats-Unis. De plus le coût des prisonniers à souvent...