Les profs prennent la plume

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1179 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 août 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LES PROFS PRENNENT LA PLUME (extrait des Nouvelles de Tahiti du 22 - 07 - 2000)
 
Ecriture polynésienne, littérature océanienne
Trente ans de vie littéraire
ou le passage d'un genre régional à un genre national
 
Faire une présentation des œuvres polynésiennes en langue anglaise est à l'heure actuelle une gageure. Il y a plus de quinze ans, les premiers essais critiques tentaient déjàvainement de définir le terme de "polynésien". Le terme devait se définir autrement que par les liens du sang. Ainsi, l'auteur samoan Albert Wendt disait de lui en 1977 " Je suis un bâtard. J'appartiens à deux mondes différents." La démonstration s'est alors engagée vers une identité culturelle mieux définie avec le "Pacific way"; expression qui s'est mise à résonner dans le Pacifique Sud à partir desannées soixante-dix et qui permettait mieux de s'approcher d'un concept en formation. En 1992, on pouvait lire :
II s'agit bien au-delà des différences de constater une identité océanienne qui englobe l'identité polynésienne. [...]. Cependant si géographiquement la frontière entre Mélanésie, Micronésie et Polynésie est bien nette sur les cartes, elle l'est moins dans la réalité. Les contactsentre les différents archipels ont provoqué un certain mélange et il est difficile de trouver un type humain unique, caractéristique d'une ethnie donnée.(1)
En Nouvelle-Zélande, lorsque les premiers écrivains d'origine maorie (donc polynésienne) firent paraître leurs premières œuvres, un débat passionné s'installa dans ces îles et un critique n'hésita pas à parler de "polyzélande et d'eurozélande".Une minorité ethnique relevait la tête, voulait faire revivre une culture moribonde et les artistes de toutes sortes contribuèrent pour beaucoup à cette "renaissance maorie" des années soixante. Les premières nouvelles, les premiers poèmes furent publiés (2). Ils partageaient avec la littérature postcoloniale en général la nostalgie de temps anciens, primordiaux qu'on croyait plus purs, plusheureux. Mais récriture minait l'idéologie dès ces premières publications. Emaillé d'interjections, d'expressions ou de mots maoris, le texte anglais montrait par sa forme hybride que l'écrivain nous emmenait dans un temps où l'acculturation avait déjà commencé. Les premières publications étaient de courtes nouvelles qui tenaient plus du récit anthropologique que littéraire. L'auteur y faisait acte desauvetage culturel. Puis les premiers romans de Witi Ihimaera, de Patricia Grâce et d'Albert Wendt furent publiés. Ils reprenaient à leur compte les trois grandes questions de la fresque célèbre de Gauguin : "D'où venons-nous ? Qui sommes-nous ? Où allons-nous ?" Les écrivains transcendaient leur souffrance de vivre entre deux mondes en nous offrant des œuvres qui nous parlaient d'une culture enpleine mutation, une culture qui absorbait, transformait, une culture en plein devenir au sein d'un groupe humain qui devait sans cesse se dépasser pour mieux s'adapter et qui bien sûr souffrait.
Ces écrivains vont amener à la conscience de leur lecteur que la pureté est un leurre et qu'il existe une dynamique culturelle qui dépasse la zone polynésienne, et cette dynamique s'inscrit au niveau de larégion de l' Océanie. Il faut sans cesse se rappeler que les Polynésiens sont dispersés aux quatre coins du Pacifique. Il faut se souvenir que les insulaires émigrent sans cesse. Auckland est certainement la plus grande ville polynésienne mais elle est en Nouvelle Zélande.
En résumé, pour les écrivains océaniens l'identité "polynésienne", un des thèmes favoris de leurs premières œuvres, sedéfinit moins en termes de génétique que de dynamique culturelle. Leialoha Apo Perkins a écrit deux nouvelles (3) qui illustrent remarquablement la notion d'identité qu'il est simpliste de figer en un mot.
La problématique de ce genre littéraire s'inscrit donc dans le changement. Au monde des racines, le romancier oppose volontiers le monde des voyages ; au milieu urbain, la communauté rurale. La...
tracking img