Les projets de cambaceres

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1381 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Philosophie du Droit

Philosophie dominante est le positivisme

Le Positivisme : c'est climat philo du 19eme siècle qui met en exergue la pensée positivisme cette pensée positive est exercée sur le droit ac influence durable et décisive.
Auguste Comte et ses disciple ont mis en place cette philosophie, Auguste Compte dit ds sa 2eme leçon cours philo positive « en étudiant le développementde l'intelligence depuis son essor le plus simple jusqu'à nos jours et bien j'ai découvert un grande loi elle consiste en ce que chaque branche de notre connaissance passe par 3 états théorique diffèrent.
1er état est l'état théologique ou fictif
2eme état l'état métaphysique ou abstrait
3eme état qui est le sommet pour lui est l'état scientifique ou positif
Pour lui la méthode positive estla meilleur de toutes.
Pour la théorie positive, tout dépassement des phénomène c'est a dire ce qui apparaît à l'intelligence raisonnante ( ce qui est existentiel) est impossible.
Une telle réflexion appliqué au droit rejette un droit qui reposerait sur des fondements métaphysiques transcendant.
Pour Auguste Comte et ses disciple les législations positives ne peuvent conduire dans une impassecar elle s'inscrire dans un espace et un temps concret donc elles sont l'objet d'étude positive capable d'orienté les actions humaines dans le sens le plus souhaitable dans le société.
Le positivisme, qui fait que l'on rejette la transcendance et que tout doit être écrit, influence la codification napoléonienne
Cambacérès et Portalis ( Juriste) cette oeuvre juridique allait marquer pourlongtemps le système juridique français.
Ce positivisme va donner naissance à une école qui s'appelle l'école de l'exégèse ( prendre un texte et en tirer tout ce que l'on peut prendre), l'école exégèse est sorti du positivisme elle inclus en grande parti le droit naturel.
Le positivisme va aussi donner naissance à l'école historique, l'école historique dans sa recherche de l'exactitude des faits àtravers l'étude des documents l'examen des fouilles archéologique. Cette école a largement contribué au renforcement du courant positivisme donc la réflexion humaine se résigne à enregistrer dans le devenir des sociétés uniquement la face changeante des phénomènes des systèmes et des lois.
La société évolue mais pour les positiviste toujours de façon positive.
La sociologie et le positivismemarche toujours ensemble avec ce type de raisonnement.
Cette réflexion sur la positivité des lois remonte aux sources de la pensée occidentale, la pensée occidentale remonte à la Grèce Antique c'est le déclic ou pensée humaine se dégage de la nature et réfléchi en elle-même.
C'est les sophistes qui par exemple critiquaient les lois positives auxquelles ils reprochaient un création artificielle alorsque les épicuriens insistaient sur le caractère volontariste des lois, on retrouve dans notre droit ce caractère de création superficielle ainsi qu'un caractère volontariste de loi (on nous oblige à la respecter).
Pendant tout le Moyen Age les juriste vont continuer cette tradition en affirmant « si veut le roi veut la loi »
(pensée par boès « éloge de la philosophie »)
Occane poursuit dans cesens et affirme que les règles morales sont celles que Dieu de toute éternité à fixé et non pas celle que la raison prétend découvrir 14eme siècle.
Duns-scot qui était irlandais met en évidence comment la première faculté qui existe en l'homme et en dieu, il dit que la volonté est la première faculté en homme et en dieu et c'est quelque chose de très fort dans le droit 5remonté au 5eme sièclest augustin va élaborer la puissance de la volonté il dit qu'il y a 2 grandes puissance intelligence et volonté et que volonté et la plus forte et le monde va croire cela)
Da,s cette ligne là les théologiens affirmeront comment le volontarisme de la règle de droit trouve son fondement ultime dans la volonté divine.
Une telle conception va entré dans la modernité (16eme siècle), Suarez va...
tracking img