Les psychoses

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 22 (5297 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Psychopathologie Clinique

LES PSYCHOSES
1) Historique des troubles schizophréniques
C'est MOREL qui a introduit en 1860 le terme de démence précoce, et cela a été repris par KRAEPLIN. MOREL isole les démences normales de l'individu avec l'état de vieillissement prématuré autrement appelé à cette époque « idiotisme ». En 1870, HEKER parle « d'ébéphrénie », la maladie mentale apparaitrait àla puberté. KAHBUM parle de désordre catatonique et de désordre moteur. Fin 1800 début 1900, KRAEPLIN révolutionne la question et unifie les formes qui ont été alors décrites auparavant. Il se penche plutôt sur le cours de l'évolution des troubles, le cours évolutif. Il distingue la démence précoce de la maladie maniaco-dépressive dépressive. Les démences précoces prennent différentes formes selonle cours évolutif. L'évolution de ces troubles se fait sur un mode déficitaire. On observe des hallucinations, des troubles de la concentration, de la pensée imposée, des troubles du cours de la pensée, des diminutions des capacités intellectuelles, un rapport a la réalité altéré, des émoussements affectifs, des phénomènes comportementaux, des stéréotypies, catatonie, un manque de contrôle del'impulsivité, des conduites autistiques, des troubles au niveau verbal. Tout cela représente les critères symptomatologique. Ces symptomes évoluent avec le cours du temps, ce sont les critères évolutifs. Le terme schizophrénie est apparut en 1911 avec BLEULER. Pour lui, c'est les aspects de désorganisation, de dislocation de la pensée qui forment la schizophrénie. Il appelle la démence précoce = laschizophrénie. Il parle d'une cission des fonctions psychiques qui serait le caractère le plus important. Définition de BLEULER : « Nous désignons sous le terme de démence précoce ou schizophrénie un groupe de psychoses qui évoluent tantôt sur le mode chronique, tantôt par poussées qui peut s'arrêter ou rétrocéder à n'importe quel stade mais qui ne permet sans doute pas de restitucio ad integrumcomplete ». L'important pour BLEULER c'est la dissociation de la pensée dans la schizophrénie. Les critères pour BLEULER sont : _ Les symptomes fondamentaux : altération des fonctions simples (troubles du cours de la pensée, barrage, de l'affectivité, indifférences, ambivalence) et complexes (trouble autistique, détachement de la réalité, trouble de l'attention, trouble de la volonté et ducomportement). _ Les symptomes accessoires : hallucinations, idées délirantes, trouble de la mémoire et de la personnalité, trouble du langage (néologisme), trouble somatique (sommeil). Le syndrôme dissociatif, c'est cognitivement le relâchement des associations, les phénomènes de coq à l'âne, les phénomènes de rupture au niveau du barrage. Idée d'ambivalence ou 2 sentiments différents coexistent. Auniveau psychomoteur, c'est une dissociation sous la forme de maniérisme, de stéréotypies et

catatonie. Le désorganisation cognitive correspond en partie aux troubles formels de la pensée dont le repérage clinique se fait autour de l'observation des troubles du langage. Pour BLEUlER, la désorganisation congnitive est l'élément organisateur pour regrouper cliniquement les patients. Il va décrire 4formes de schizophrénies. a) Paranoïde : avec prédominance d'idées délirantes et hallucinations. b) Catatonique : qui est caractérisée par la présence de symptomes catatoniques comportementaux et à moindre dégré de symptomes délirants. c) Ebéphrénique : qui évolue sur un mode chronique où la dissociation domine. d) Simple : c'est une forme de schizophrénie latente dans laquelle domine les symptomesfondamentaux mais de façon moindre. Pour BLEULER, la dissociation est patognomonique. Aujourd'hui on est retourné aux idées de CREPLIN. On regarde les symptomes, les signes et la manière dont ils évoluent et comment ils s'imbriquent ensembles. (DSM III) On abandonne la conception de BLEUER et le côté psychanalytique au niveau des symptômes. Au niveau épidémiologique la schizophrénie représente...
tracking img